L'emblème de la Croix-Rouge et
du Croissant Rouge

La question de l'emblème

Solution en vue au problème des emblèmes

-- Communiqué de presse de la Commission permanente, émi le 16 juin 2000

Pour les communiqués antérieures

L'admission des Sociétés nationales d'Israël et du Kazakhstan au sein du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge devrait intervenir d'ici la fin de l'année.

La Commission permanente du Mouvement a été informée des progrès enregistrés à cet égard lors d'une réunion tenue les 15 et 16 juin à Genève. Madame Christina Magnuson (Suède), présidente du groupe de travail conjoint de la Commission en charge de la question des emblèmes, a déclaré que le moment était venu d'accélérer le processus d'élaboration d'un nouveau traité afin de résoudre le problème et de permettre que les deux organisations concernées soient enfin pleinement intégrées au sein du Mouvement.

Aux termes du droit international (Conventions de Genève), les Sociétés nationales sont pour le moment tenues d'adopter soit la croix rouge, soit le croissant rouge pour être officiellement reconnues. L'organisation du Kazakhstan utilise actuellement l'un et l'autre des deux emblèmes et l'organisation israélienne, l'étoile rouge de David. La solution proposée entraînerait la création d'un nouvel emblème qui pourrait être employé par ces deux organisations, ainsi que par toute autre Société nationale à laquelle l'utilisation de la croix ou du croissant causerait des difficultés. La forme et le nom du futur nouvel emblème restent encore à déterminer.

La Commission permanente a noté qu'un consensus semble maintenant se dégager au sein des 188 États parties aux Conventions de Genève et des 176 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, en vue d'atteindre, d'ici la fin de l'année, l'objectif d'une réelle universalité du Mouvement. Elle a souligné que les questions encore en suspens devraient être réglées dans le cadre de négociations entre les Etats, de manière à aboutir à un traité conférant à la solution adoptée la légitimité du droit international.

La prochaine étape consistera dans la rédaction par le Comité international de la Croix-Rouge et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge d'un avant-projet qui sera ensuite transmis aux gouvernements en vue des négociations préalables à l'adoption du traité. Mme Magnuson a précisé que la Suisse avait confirmé que ces négociations se poursuivraient tout au long des mois à venir jusqu'à la conférence diplomatique, qui devrait être convoquée à Genève vers la fin du mois d'octobre.

La Commission permanente a désigné Christina Magnuson comme sa représentante spéciale dans le cadre du processus de négociation à venir.

Pour en savoir plus sur la question de l'emblème
Pour les communiqués antérieures
Retour à la page d'accueil