Page d'accueil
du Magazine

 
 

Aussitôt que les rédactrices eurent entrepris de solliciter idées et articles pour le présent numéro, la question fusa de toutes parts: “Pourquoi un numéro spécial sur les femmes, plutôt que sur les hommes?”.

Pourquoi, en effet?

Tout d’abord, en raison du thème choisi cette année pour la Journée mondiale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge — Dignité pour tous: respect pour les femmes — mais, aussi, parce que de nombreuses organisations humanitaires tendent actuellement à réviser leurs stratégies de manière à renforcer le rôle des femmes, aussi bien de celles qui travaillent en leur sein que de celles qui bénéficient de leurs services.

Ce choix répond également à des considérations très concrètes. Malgré des décennies de bonnes paroles, des disparités notables subsistent encore entre les hommes et les femmes, non seulement en termes d’opportunités professionnelles et sociales, mais, aussi, de moyens d’existence.

A l’échelon mondial, les femmes représentent 37 pour 100 de la population active mais occupent 12 pour 100 seulement des postes à responsabilités. Deux tiers des
illettrés et environ 80 pour 100 des réfugiés et des personnes déplacées sont des femmes, qui portent souvent la charge de toute leur famille. On enregistre chaque année plus d’un demi-million de décès liés à la grossesse qui pourraient être évités.

Les femmes ont toujours été étroitement associées au travail du Mouvement. Son fondateur, Henry Dunant, dont nous célébrons chaque 8 mai l’anniversaire de la naissance, a lui-même été inspiré par ses contemporaines, notamment par Florence Nightingale. Les Conventions de Genève comportent des dispositions particulières concernant les femmes dans les situations de conflit. L’Assemblée générale de la Fédération et le Conseil des délégués leur ont consacré de nombreuses résolutions. Maints pays se sont dotés de législations garantissant l’égalité des droits et des chances et ont adopté des mesures visant à associer les femmes aux processus de prise de décisions et de développement. Toutefois, les politiques et les discours ne suffisent pas pour régler tous les problèmes des femmes prises dans le cercle vicieux de la pauvreté, de la discrimination, de la pénurie des services de santé et de planning familial, de l’analphabétisme et de la violence.

Bien que l’on admette communément que les femmes jouent un rôle crucial dans le cadre des efforts d’assistance et de développement, leurs capacités ne sont pas pleinement prises en compte. Pourtant, elles ont à maintes reprises démontré leur aptitude singulière à surmonter les épreuves et à survivre dans l’adversité. Ces qualités reconnues justifient amplement qu’on les associe aussi étroitement que possible à la recherche de solutions aux situations de crise.

Seul un effort conjugué des hommes et des femmes concernés permettra de combler le fossé qui existe encore entre l’égalité de droit et l’égalité de fait. Les articles contenus dans ce numéro illustrent la condition actuelle des femmes et leur contribution à l’action humanitaire, leur force et leur courage. Nous espérons que ces témoignages seront pour tous nos lecteurs un encouragement à œuvrer pour un monde meilleur et plus équitable.

Rashim Ahluwalia
Conseillère principale, Femmes & Développement, Fédération


Haut de page | Nous contacter | Crédits | Edition antérieure| Webmaster


© 2003 | Copyright