Page d'accueil
du Magazine

 
 

Avec le XXe siècle s’achève une des périodes les plus remar-quables de l’histoire de l’humanité. Pendant des décennies, les progrès de la science et de la médecine nous ont fourni des armes formidables pour combattre les maladies infectieuses. Dans maints pays, la santé publique, la lutte contre les parasites et les mesures d’assainissement ont permis de prévenir et de juguler nombre d’entre elles.

Pourtant, d’autres nations n’ont pas pu profiter pleinement de ces opportunités, faute de disposer des ressources nécessaires. En outre, certaines maladies qu’on avait cru éliminées commencent à resurgir. De nombreux facteurs contribuent à ce phénomène: changement climatique, augmentation de la population, migration, urbanisation et pauvreté comptent parmi les plus déterminants. La transmission des maladies est également favorisée par le déclin des services de santé publique ainsi que par la multiplication des mouvements de mar-chandises et de personnes, qui entraînent leur propagation parmi des populations jadis épargnées.

Malgré un siècle de découvertes capitales, les maladies infec-tieuses tuent aujourd’hui encore près de 17 millions d’individus par an, ce qui représente environ un tiers de la mortalité totale. Elles provoquent aussi de terribles souffrances et des invalidités permanentes chez des millions d’autres hommes, femmes et enfants. Pour beaucoup de pays, cela se traduit par des coûts qui excèdent largement leurs moyens. Dans notre monde de sociétés et d’écono-mies étroitement imbriquées, ce fardeau doit être partagé par toutes les nations.

L’expérience nous a appris que la prévention et la lutte contre les maladies infectieuses constituent un défi réclamant des efforts énergiques et soutenus. Si les outils existent pour en limiter l’incidence, ceux-ci sont cependant difficiles à mettre en œuvre, et une action internationale étroitement concertée est indispensable pour maîtriser les complexes facteurs écologiques, sociaux, politiques et économiques en jeu.

En coopération avec l’Organisation mondiale de la santé, les gouvernements, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, les organisations internationales, les institutions spécialisées et les organisations non gouvernementales compétentes ont mobilisé leurs connaissances et leurs ressources afin de combattre ces maladies et de bâtir ainsi un avenir meilleur pour les collectivités humaines.

David L. Heymann
Directeur de la Division des maladies
émergentes et autres maladies transmissibles –
surveillance et lutte, Organisation mondiale de la santé


Haut de page | Nous contacter | Crédits | Edition antérieure| Webmaster


© 2003 | Copyright