Page d'accueil
du Magazine

Institut Henry-Dunant :
L’heure du renouveau

Propos recueillis par Jean-François Berger

Le vénérable Institut Henry Fondé en 1965 par le CICR, la Fédération internationale (à l'époque la Ligue) et ta Croix Rouge suisse, l'Institut a en effet décidé de faire peau neuve et de céder ta place au Centre Henry Dunant pour te Dialogue humanitaire. Sans pour autant quitter ta magnifique villa au bord du lac Léman mise à sa disposition par La Ville de Genève.

Depuis sa création, l'Institut s'est essentiellement consacré à la recherche et à la formation dans les principaux domaines d'activité du Mouvement. Toutefois, les profondes transformations qui se sont opérées sur la planète depuis 1989 ont poussé les organes dirigeants de l’Institut à envisager une adaptation devenue indispensable.

Chargé de mener à bien te processus d'évaluation et de transformation de l'Institut, Ernst A. Brugger, consultant en gestion et membre du CICR, a bien voulu répondre aux questions du Magazine.

Quelles sont les principales raisons du changement et comment s'est opérée la transition?

La recherche et L'enseignement au sein du Mouvement ont constitué ta raison d'être de t'Institut Henry Dunant dès ses débuts. Mais, peu à peu, ces deux fonctions se sont renforcées au sein même du CICR et de La Fédération dans te cadre du développement propre à chacune de ces institutions. Cette dynamique a inévitablement entraîné une perte de valeur et d'importance de L'Institut. C'est sur la base de ce constat que l'Institut m'a mandaté pour mener a bien une vaste consultation visant a analyser et à redéfinir son rôle.


 

Quels sont les changements prioritaires qui s'annoncent?

L'objectif primordial du changement est clair: créer un forum de dialogue entre [es acteurs humanitaires eux mêmes ainsi qu'avec d'autres partenaires importants pour Le champ d'action humanitaire. Le nouveau Centre Henry Dunant aura ainsi pour vocation de promouvoir et de faciliter le dialogue intersectoriel, interculturel et interdisciplinaire. Pour réaliser cet objectif, il faudra se doter de deux instruments, à savoir une méthodologie de pointe apte à valoriser l’analyse et l'expertise existantes ainsi qu'une capacité d'organisation et de gestion de débat de haut niveau. Les thèmes de discussion devront être pertinents voire provocateurs, mais jamais complaisants, de manière à favoriser t'émergence de réponses la innovatrices et à dégager Les enseignements positifs et négatifs des actions humanitaires.

Le Centre va donc intégrer de nouveaux "actionnaires". A qui allez vous faire appel?

Principalement à d'autres acteurs humanitaires appartenant à t'ONU et au monde des ONG. Sans oublier des dirigeants du secteur privé. Ce qui importe, c'est que Le choix de ces nouveaux "actionnaires" représente un gage d'interculturalité et d'universalité. C'est donc un défi difficile, compte tenu du caractère fortement occidental de L'action humanitaire contemporaine. Mais l'ouverture en direction du Sud et de l'Est est une condition incontournable de la réussite du nouveau Centre.

 
 

A partir de quand le Centre sera t il opérationnel?

Au début de t'année prochaine. Nous recherchons actuellement un directeur exécutif, qui sera sélectionné sur La base d'un appel d'offres mondial ayant déjà suscité plus d'une centaine de candidatures. Le directeur s'appuiera sur une dizaine de collaborateurs. Juridiquement, le Centre passera du régime de l'association à celui de la fondation, avec un budget de trois millions et demi de francs suisses dont les deux tiers sont aujourd'hui assurés.

L'élargissement du Centre Henry Dunant à des partenaires extérieurs ne va certainement pas réjouir tout le monde au sein du Mouvement. Quelle sera la place du Mouvement dans le nouveau Centre?

Les trois membres fondateurs CICR, Fédération et Croix Rouge suisse demeurent évidemment membres à part entière du Centre. Ce que le Mouvement va perdre, c'est L'exclusivité de L'utilisation du Centre, ce qui peut être perçu comme un déficit. Mais il va simultanément gagner sur un autre tableau, à savoir celui de l'ouverture. Il est en effet intéressant de relever que L'ensemble des personnes consultées sur t'évolution de l’Institut ont plaidé en faveur d'une ouverture accrue du Mouvement vers d'autres acteurs liés à l'action humanitaire, en estimant qu'une telle attitude devrait être profitable à l'ensemble du Mouvement. Ce qui revient à constater que l'on peut gagner en donnant.

 

Propos recueillis par Jean-François Berger

 

Haut de page | Nous contacter | Crédits | Edition antérieure | Webmaster



© 2003 | Copyright |