Page d'accueil
du Magazine

 
 

Il est rare que les conférences enfantent des révolutions. En juillet prochain, pourtant, c’est un peu ce qui se passera lors du congrès qui réunira en Suède des jeunes volontaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge du monde entier. A l’ordre du jour figurent en effet des sujets inusités dans le cadre de telles réunions, comme les droits des enfants, l’intolérance et l’environnement. C’est ainsi que, tranquillement, les jeunes insufflent un esprit nouveau dans l’action du Mouvement. Il nous a paru bon d’en témoigner en leur consacrant l’article principal de ce numéro.

La préparation de ce dossier a révélé certains faits intéressants, notamment que les pays du Sud rencontrent beaucoup plus de succès dans le recrutement de jeunes membres que ceux du Nord, que le Mouvement rassemble un des plus important réseau de jeunes du monde et que les jeunes volontaires jouent un rôle de premier plan dans les efforts visant à relever les nouveaux défis de nos sociétés. Cette dernière révélation est d’autant plus étonnante que les jeunes sont souvent écartés des procédures de planification et de décision. Toutefois, malgré un accès limité aux leviers du pouvoir, ils parviennent à façonner le rôle de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge pour les années à venir.

Pendant l’élaboration de ce numéro, l’histoire des Balkans a subi un terrible coup d’accélerateur avec l’explosion de la guerre entre l’OTAN et la Yougoslavie. Des centaines de milliers d’Albanais du Kosovo ont cherché refuge dans les pays voisins, cependant que des foules d’autres civils étaient déplacés à l’intérieur des frontières. Les Sociétés de la Croix-Rouge d’Albanie, de Macédoine et de Yougoslavie, avec le concours de Sociétés nationales soeurs, du CICR et de la Fédération internationale, s’efforcent avec générosité et détermination de répondre à leurs besoins. Au même moment s’amorce le retour des réfugiés au Kosovo qui va nécessiter un élan de solidarité sans précedent.

Et, alors que l’attention est mobilisée par la crise des Balkans, la communauté internationale tend à oublier que, ailleurs dans le monde aussi, d’innombrables individus continuent de mourir à cause de la guerre, de la maladie et des catastrophes naturelles. Or, lorsque de telles souffrances sont en jeu, le vieil adage “loin des yeux, loin du coeur” n’est absolument pas recevable. C’est pourquoi nous nous sommes appliqués à rappeler certaines autres urgences humanitaires du moment.

Jean-François Berger
Rédacteur CICR

Jean Milligan
Rédactrice Fédération


Haut de page | Nous contacter | Crédits | Edition antérieure| Webmaster


© 2003 | Copyright