Page d'accueil
du Magazine

Page suivantes
 

Tragédie ferroviaire

Le 18 octobre 1998, en fin de journée, le déraillement d’un train qui entrait en gare de Kafr El Dawar, au sud d’Alexandrie, a fait 46 morts et 77 blessés, dont 42 ont subi des amputations. Les comités de Beheira et d’Alexandrie du Croissant-Rouge égyptien sont aussitôt entrés en action, mobilisant leurs secouristes et leurs jeunes volontaires qui ont assuré une permanence d’urgence et visité les familles des victimes.

Suzan Moubarak, présidente de la Société nationale, s’est personnellement rendue dans plusieurs hôpitaux d’Alexandrie, de Kafr El Dawar et de Beheira. Avec les responsables de l’organisation, elle a discuté des mesures médicales et sociales à prendre en faveur des victimes et de leurs proches. Suite à une évaluation des besoins, le Croissant-Rouge a fourni des chaises roulantes aux invalides et une assistance financière aux foyers les plus démunis. En coordination avec des organismes gouvernementaux et non gouvernementaux, des efforts ont en outre été entrepris en vue de procurer des emplois aux familles privées de soutien par cette tragédie.


Solidarité par-delà les mers

Les 15 000 à 20 000 travailleurs philippins installés à Macao, une enclave portugaise située au large de la côte sud-orientale de la Chine, ne sont plus abandonnés à leur sort. La Croix-Rouge philippine a en effet ouvert à leur intention un bureau dans le quartier des hôtels où beaucoup sont employés comme femmes de chambre ou comme gardes de sécurité.

“Nous sommes ici pour vous aider”, a déclaré Justice Leonor Ines Luciano, présidente du Conseil de direction de la Société nationale, à un groupe d’immigrés rassemblés dans une école de Macao pour une séance d’information sur ce nouveau service. “La Croix-Rouge est une organisation animée par un esprit de solidarité.”

Une récente étude réalisée à la demande de la délégation régionale de la Fédération à Kuala Lumpur avait révélé que l’immigration, tout en procurant d’appréciables bénéfices au pays d’accueil comme au pays d’ori-gine ainsi qu’aux travailleurs eux-mêmes, expose ces derniers à toutes sortes d’abus et de discriminations. Souvent, ils se retrouvent plongés dans une situation de semi-clandestinité par suite de problèmes administratifs résultant de l’impossibilité d’obtenir de leur pays d’origine les documents officiels requis.

Le centre de liaison de la Croix-Rouge philippine à Macao s’efforcera de leur faciliter les choses dans ce domaine. La Société nationale espère mettre en place des services similaires d’assistance psychosociale au bénéfice de ses ressortissants établis dans d’autres pays d’Asie et du Moyen-Orient.


Ambulances à Gaza

Grâce aux cinq ambulances offertes en novembre dernier par le CICR, l’Office humanitaire de la Communauté européenne et la Ville de Düsseldorf (Allemagne), le Croissant-Rouge palestinien a pu étendre ses services médicaux d’urgence et d’ambulances. Auparavant limités à la Cisjordanie, ceux-ci sont désormais également opérationnels dans la Bande de Gaza. Un centre de formation a été établi à Khan Younis afin d’initier le personnel aux interventions d’urgence.

Les services du Croissant-Rouge s’appuient sur un réseau de communications par radio très performant. Actuellement, ses 45 ambulances répondent à plus de 2000 appels en moyenne par mois, transportant les victimes d’accidents de la route et du travail, d’accidents cardiaques, de brûlures et d’empoisonnements ainsi que des femmes sur le point d’accoucher et des personnes blessées lors d’affrontements.


Nouveau Centre, nouveau directeur

Le Centre Henry-Dunant pour le dialogue humanitaire, qui a succédé à l’ancien Institut, est maintenant opérationnel. Martin Griffiths, nommé au poste de directeur exécutif, en assure la gestion courante. Vieux routier des questions humanitaires, il aura pour tâche d’accomplir deux objectifs essentiels: mettre en place une plate-forme de dialogue dans le cadre de laquelle tous les spécialistes concernés pourront échanger leurs expé-riences et promouvoir des solutions durables aux problèmes humanitaires.


Le Mouvement à l’étude

La délégation du CICR et le Croissant-Rouge jordanien, en coopération avec le ministère de l’Education, ont introduit un chapitre sur le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans le manuel d’histoire de classe terminale des écoles secondaires du pays. Intitulé “Histoire arabe et mondiale contemporaine”, cet ouvrage traite notamment du monde arabe à l’époque coloniale, de l’indépendance, de la création de la nation jordanienne et de ses institutions démo-cratiques, des idéologies, des systèmes économiques, des pactes et coalitions militaires du monde moderne ainsi que des organisations internationales et régionales, y compris humanitaires.

Actuellement, quelque 34000 étudiants se réfèrent à ce manuel.


Livres du monde – un monde de livres

Depuis maintenant cinq ans, la section genevoise de la Croix-Rouge suisse poursuit une expérience très originale consistant à mettre à la disposition des nombreux étrangers et, notamment, des réfugiés vivant à Genève une bibliothèque interculturelle. Cette initiative vise à favoriser la compréhension et la coexistence harmonieuse parmi les différentes communautés représentées dans la région. La bibliothèque comprend actuellement quelque 10 000 ouvrages en 115 langues, dont la plupart ont été offerts par des particuliers, des maisons d’édition et la Bibliothèque nationale. Les responsables du service envisagent de faire appel aux Sociétés nationales pour enrichir encore leur collection.


50 bannières pour les 50 ans des Conventionsde Genève

Les Conventions de Genève, qui définissent des règles universelles applicables aux situations de conflit, ont été signées le 12 août 1949. Le jour du 50e anniversaire de cet événement, le CICR réunira à Genève un groupe de personnalités éminentes de la communauté internationale, au nombre desquelles le secrétaire général des Nations Unies Kofi Anan, afin de lancer un appel solennel. Celui-ci reflétera les préoccupations et les attentes de milliers d’hommes et de femmes éprouvés par la tragédie de la guerre.

Le même jour sera inaugurée une exposition rassemblant 50 grandes bannières créées pour la circonstance par l’artiste Françoise Bridel. Elles illustreront des dispositions particulièrement importantes des Conventions ou reproduiront, sur des images significatives, des citations de victimes de conflits. Ces bannières seront accrochées sur les murs dépouillés de différents édifices du centre de Genève et de ses environs. En outre, plus d’une centaine de drapeaux seront exposés sur les principales artères et places publiques de la ville. Ces bannières et drapeaux resteront exposées jusqu’au 6 novembre 1999, date de la clôture de la 27e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.


La Croix-Rouge contre la violence

Conformément à son idéal de paix et d’harmonie sociale, la Croix-Rouge française a décidé de former avec cinq autres grandes organisations caritatives — l’Armée du Salut, ATD Quart-Monde, Emmaüs France, le Secours Catholique et le Secours Populaire Français — une alliance vouée à la lutte contre toutes les formes de violence, qu’elles soient médiatisées ou anonymes, domestiques, urbaines ou institutionnelles. Afin de sensibiliser la collectivité et de promouvoir des solutions durables à ce problème, le Groupe des Six lancera les 1er et 2 octobre 1999 les “Journées sans violence” qui mobiliseront médias, familles, écoles et entreprises. Grâce à cette initiative naîtra une multitude de groupes de réflexion qui décupleront l’impact des actions individuelles de chaque association, en particulier celle des modérateurs de la Croix-Rouge française qui s’efforcent d’enrayer la violence urbaine en établissant des relations de proximité avec les jeunes et en restaurant certains repères sociaux.


Rétablissement des liens familiaux

Depuis un an, le Croissant-Rouge de Somalie s’efforce, avec le cocours du CICR, de rétablir les liens entre les membres de familles divisées par le conflit. Des messages sont collectés et distribués dans les agglomérations urbaines où sont massées de nombreuses personnes déplacées, notamment à Hargeisa, Mogadishu et Kismayo. D’autres sont échangés avec les Sociétés nationales de pays voisins. Au Kenya, par exemple, la Croix-Rouge transmet les messages des réfugiés à leurs parents demeurés en Somalie. Des demandes de recherches sont en outre traitées avec l’appui du service somalien de la BBC, dont la diffusion régulière de mes- sages a permis à de nombreux individus de renouer le contact avec leur famille. Au total, quelque 29 000 messages ont ainsi été échangés tout au long de l’année.


Page suivantes

Haut de page | Nous contacter | Crédits | Edition antérieure | Webmaster



© 2003 | Copyright |