Page d'accueil
du Magazine


Échec à l'afro-pessimisme
par Karl Schuler

Samuel Kweku Clement coordonne le programme national de la jeunesse de la Croix-Rouge du Ghana.

 

Sur un continent souvent décrit dans les termes les plus pessimistes, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge s'efforcent de rendre aux populations déshéritées un peu de dignité. La Croix-Rouge du Ghana offre à cet égard un exemple édifiant. Avec l'aide financière d'autres Sociétés nationales, elle a lancé un programme de développement intégré qui vise essentiellement à améliorer les conditions d'existence des femmes et des jeunes gens.

De loin, on croit voir un immense tapis aux couleurs éclatantes. En réalité, cette fresque qui rutile sous la lumière du soleil est le fruit d'un vaste programme de développement de la Croix-Rouge du Ghana, cofinancé par un consortium qu'administre la Croix-Rouge suisse. Grâce à cette initiative, la communauté de Loggo jouit d'une situation alimentaire nettement meilleure que le reste de l'Upper West, région parmi les plus pauvres du pays. "Dans un climat comme celui du Sahel, le millet, le maïs et les arachides sont les produits qui se prêtent le mieux à la culture", nous explique Idriss Maa, membre de la Croix-Rouge locale. "Mais, dans notre village, nous pouvons désormais varier l'ordinaire en consommant des légumes et des fruits et pallier ainsi les carences, inévitables si on se limite au plat traditionnel." Paysan et diplômé en génie rural, Idriss partage son savoir avec les jeunes et les femmes, responsables de l'entretien des jardins potagers communautaires. Afin d'assurer l'indispensable irrigation pendant la saison sèche, on a construit un grand bassin de retenue pour l'eau de pluie.

Le Club des mères

Sur la place du village, des femmes exhibent fièrement les corbeilles tressées, les tissages colorés et le beurre de karité - utilisé aussi bien pour la confection des repas que pour celle de produits cosmétiques - qu'elles ont fabriqués pour les vendre sur le marché local. Toutes font partie du "Club des mères" de la Croix-Rouge locale, qui a mis sur pied un programme d'artisanat dans le cadre duquel les femmes peuvent recevoir une initiation de base à la gestion commerciale et obtenir de modestes prêts pour lancer leurs activités.

Les clubs de mères ghanéens rassemblent environ 7500 membres répartis dans 340 villages ou quartiers. Leur coordinatrice à l'échelle nationale, Theresa Babero Nobiya, insiste sur l'importance de leur engagement au sein de l'organisation. "Ces femmes, souligne-t-elle, sont le véritable pilier de notre travail de développement. En accroissant le revenu de leur famille, elles contribuent à l'amélioration de la santé, de l'alimentation et de l'hygiène - en bref, à la dignité des conditions d'existence des couches les plus pauvres de la population rurale." Il est intéressant de noter que ces femmes proviennent rarement des cercles des notables, comme c'est fréquemment le cas au sein de la Croix-Rouge. La plupart sont des mères, jeunes et moins jeunes, issues de familles de petits paysans, qui se constituent en groupes d'entraide.

Dans les dix régions du pays où la Croix-Rouge nationale est active, des agents communautaires bénévoles leur dispensent une instruction qui va bien au-delà des traditionnels cours de premiers secours. L'accent est mis sur les notions de santé communautaire, notamment préventive, qui répondent aux véritables besoins de la population.

 

A Loggo, dans la province de l'Upper West, des membres de la Croix-Rouge cultivent des légumes qui apportent un précieux complément à leur régime alimentaire.

Le fruit de l'effort

Depuis cinq ans, la Croix-Rouge du Ghana enregistre une augmentation constante de ses membres dans toutes les régions du pays. De 22 000 en 1996, ils sont passés à 55 000 aujourd'hui. C'est parmi les jeunes et les femmes que se recrutent les bénévoles les plus actifs. Les uns comme les autres apportent une contribution essentielle à l'amélioration des conditions sociales et sanitaires de la population.
La Société nationale bénéficie également du professionnalisme accru de ses structures, aussi bien au siège à Accra qu'aux niveaux régional et local, ainsi que d'une amélioration sensible de son autonomie financière. Toutes ses activités, au nombre desquelles la prévention des catastrophes et le développement institutionnel occupent une place prioritaire, s'inscrivent dans une stratégie de développement à long terme.

La Croix-Rouge du Ghana est soutenue par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, par les Sociétés nationales allemande et canadienne, ainsi que par la Croix-Rouge suisse, coordinatrice de ce consortium.

 

Afin d'assurer l'irrigation des cultures, la Croix-Rouge a aménagé des réservoirs pour l'eau de pluie.

Les jeunes au service des jeunes

Dans le sillage d'une réforme interne entreprise il y a quelques années, la Croix-Rouge du Ghana s'emploie à développer les compétences de ses dirigeants. Samuel Kweku Clement, pour qui les méthodes modernes de gestion et les moyens de communication électroniques n'ont pas de secrets, incarne parfaitement cette nouvelle génération de cadres. Co-ordinateur à l'échelle nationale des programmes pour la jeunesse, il est responsable à ce titre du large éventail d'activités destinées au groupe le plus important de la Société nationale. Les jeunes représentent en effet deux tiers des quelque 55 000 membres que compte la Croix-Rouge du Ghana sur l'ensemble du territoire. A leur intention, son département, qui collabore étroitement avec les clubs de mères dans le domaine sanitaire, organise notamment des cours de batik et de couture, ainsi que des stages de six mois dans un laboratoire de photo.

Mais son accomplissement le plus notable est sans conteste la mise sur pied d'un réseau de 450 jeunes animateurs engagés dans des campagnes de prévention contre le sida. "Les résultats sont beaucoup plus probants lorsque l'éducation sexuelle parmi les écoliers et autres groupes de jeunes est dispensée par leurs pairs", souligne Samuel K. Clement. "La confiance s'établit d'emblée, parce que tous parlent le même langage. L'Unicef soutient maintenant ce programme, qui est né de nos expériences dans le nord et dans l'agglomération d'Accra, et que nous allons étendre à Kumasi, la deuxième ville du pays." La Croix-Rouge du Ghana est aussi en première ligne du combat contre la stigmatisation, hélas trop courante, des malades du sida. Les jeunes éducateurs, qui ont un contact direct et naturel avec la communauté, sont mieux placés que quiconque pour lutter contre les préjugés culturels et le manque de connaissances sur la nature du virus.

Les jeunes volontaires de la Société nationale jouent également un rôle crucial à l'égard d'autres problèmes de santé publique. La clinique ophtalmologique de l'hôpital régional de Wa procède à des opérations de la cataracte et traite le trachome, sauvant ainsi un grand nombre de personnes de la cécité induite par cette maladie infectieuse. Les jeunes y contribuent en informant les habitants des prestations de l'hôpital en leur expliquant les mesures d'hygiène et de prévention à prendre contre bon nombre de maladies oculaires.

Loin de là, à Accra, la capitale, ils accomplissent une tâche non moins importante dans le centre Croix-Rouge destiné aux jeunes filles de la rue. Situé en plein centre du marché très fréquenté d'Agbogbloshie, celui-ci offre en permanence abri et petit déjeuner à 25 adolescentes qui, sans ressources ni soutien familial, risquent de tomber dans la prostitution. Dans ce lieu protégé, les volontaires leur prêtent une oreille attentive.

L'engagement diversifié de la Croix-Rouge du Ghana reflète la multiplicité des problèmes sociaux qui minent ce pays d'Afrique. Établir un lien solide entre les structures professionnelles et la mobilisation des bénévoles constitue bien l'un des défis les plus exigeants posés à cette Société nationale d'Afrique occidentale.

Karl Schuler
Responsable de l'information pour la Coopération internationale de la Croix-Rouge suisse.


Haut de page | Nous contacter | Crédits | Edition courante | Webmaster



© 2001 | Copyright |