Page d'accueil
du Magazine

Rubriques suivantes

 

Massacre au Congo

Le 26 avril, six employés de la Croix-Rouge ont été tués par des agresseurs non identifiés dans la province d'Ituri, au nord-est de la République démocratique du Congo. L'équipe se composait de Rita Fox, 36 ans, infirmière originaire de Suisse, de Véronique Saro, 33 ans, Congolaise, de Julio Delgado, 54 ans, délégué secours originaire de Colombie, de Unen Ufoirworth, 29 ans, employé congolais travaillant pour l'agence de recherches du CICR, ainsi que des chauffeurs Aduwe Boboli, 39 ans, et Jean Molokabonge, 56, tous deux congolais. Basée à la sous-délégation du CICR à Goma, l'équipe voyageait à bord de deux véhicules clairement signalés par l'emblème de la croix rouge, dans le cadre d'une mission d'assistance régionale. La tragédie s'est produite à environ 70 kilomètres au nord de Bunia, dans une région extrêmement volatile, où les affrontements entre les ethnies locales Hema et Lendu qui se disputent le contrôle des terres et d'autres ressources ont fait des milliers de morts ces deux dernières années. Suite à cette attaque, le CICR a suspendu toutes ses opérations dans la région.

À l'abri des ouragans

En octobre 2000, les pires inondations enregistrées en 40 ans dans le delta du Mékong, au sud du Vietnam, ont fait près de 340 morts, dont 248 enfants, plus de 25 000 familles affectées à des degrés divers et d'énormes dégâts matériels. La Croix-Rouge australienne et la Société nationale ont lancé un projet de reconstruction d'écoles primaires et de cliniques en se basant sur des plans élaborés conjointement par l'Université de Hue et la Fédération. Il s'agit de constructions modulaires produites localement à partir d'acier galvanisé et de béton léger dont le modèle a été développé par un jeune architecte français, Frédéric Blas, qui travaillait pour le compte de la Croix-Rouge dans le centre du Vietnam, où environ 8500 maisons ont déjà été bâties. Dans le delta du Mékong, il est prévu de construire environ 3000 bâtiments qui se caractériseront par une assise en béton rehaussée par rapport au modèle original et pourront servir d'abris communautaires lors de futures inondations. La Croix-Rouge australienne possède une solide expérience des programmes d'assistance au Vietnam, puisqu'elle était déjà intervenue après le passage du typhon Linda en 1997 et des ouragans de 1998 et 1999. Dans ce même pays, elle conduit également des activités de lutte contre le VIH/sida et de formation aux premiers secours pour le personnel de Viet Nam Airlines.

Inondations au Malawi

Suite aux dramatiques inondations qui ont affecté le Malawi au début de l'année, des milliers de gens se sont retrouvés privés de toit et de nourriture. En février, la Fédération internationale a lancé un appel en faveur de 20 000 personnes particulièrement vulnérables. Comme la pluie continuait de tomber en abondance, une équipe d'évaluation composée de représentants de la Fédération et de Sociétés donatrices s'est rendue sur le terrain afin de déterminer les priorités. Après un survol aérien des régions les plus durement éprouvées, elle a pu atteindre certaines communautés par la route. La situation des sinistrés était aggravée par une augmentation des cas de choléra et de paludisme consécutive à la contamination de l'eau et à la présence d'étendues d'eau stagnante propices à la reproduction des moustiques. La Croix-Rouge du Malawi a distribué aux victimes des articles de première nécessité tels que couvertures, bâches en plastique, ustensiles de cuisine et jerricans.

Les serpents de la Croix-Rouge

La Thaïlande abrite 163 espèces de serpents, dont 48 sont venimeuses. Chaque année, plus de 10000 personnes sont victimes de morsures. En de telles circonstances, les premiers secours et une rapide intervention professionnelle sont essentiels. La Croix-Rouge thaïlandaise administre un élevage de serpents destiné à la production de sérum contre les venins. "Notre ferme est une des deux seules du genre en Thaïlande. Nous distribuons nos sérums aux hôpitaux de tout le pays et en exportons également à l'étranger", explique Montri Chiohamroongkiat, qui dirige cet établissement particulier. La ferme d'élevage de la Croix-Rouge thaïlandaise est également un centre d'éducation. "Nous informons les gens sur les serpents les plus communs et les plus dangereux. Nous leur indiquons les lieux où on risque de les rencontrer, nous leur apprenons à les identifier et leur enseignons les mesures à prendre en cas de morsure", poursuit Montri. Deux fois par jour, le personnel présente certains de ses pensionnaires à des visiteurs excités, qui paient chacun 70 baht pour contribuer aux frais de fonctionnement de la ferme. Après des informations pratiques, le repas des serpents et une démonstration d'extraction du venin, un impressionnant python birman est tiré de son assoupissement et enroulé autour des spectateurs assez courageux pour le tenir - le temps de prendre une photo-souvenir. A ce jour, personne n'a été mordu!

Un volontaire infatigable

Parmi les centaines de volontaires mobilisés par la Société Nationale durant ces dernières années de conflits au Congo-Brazzaville, Valentin Ngassaka mérite une mention particulière. Presque septuagénaire, ce père de famille nombreuse, président du Comité de district de Zanaga, a parcouru en juillet 2000 plus de 250 km à pied alors que l'insécurité persistait encore dans le sud du pays. Pour quelle raison? Parce que ce valeureux secouriste voulait participer à la session du Comité central de la Croix-Rouge congolaise à Brazzaville. L'arrivée du vieux Valentin à la réunion stupéfia l'assemblée, car, sans nouvelles de lui depuis des mois, tous le croyaient mort pendant les affrontements. Quelques mois plus tard, ce personnage hors du commun récidiva en couvrant 166 km à pied de Zanaga à Sibiti pour prendre part à un séminaire de formation aux premiers secours organisé avec l'appui de la Fédération et du CICR. "Le volontariat est un sacerdoce à la Croix-Rouge congolaise, car il y a plus de sacrifices à consentir que d'avantages à espérer", a-t-il déclaré aux participants. Nul doute que son expérience et sa motivation auront marqué favorablement les jeunes volontaires.

 

Haut de page | Nous contacter | Crédits | Edition courante | Webmaster



© 2001 | Copyright |