Page d'accueil
du Magazine



Photos suivantes

Les photographes humanistes

Familles en danger

Aujourd'hui mondialement reconnu pour la qualité de ses reportages en zones de guerre, Eric Bouvet est un photographe français discret, qui a commencé sa carrière avec l'agence Keystone à Paris. Il a travaillé ensuite à l'agence Gamma durant huit ans, avant de devenir indépendant en 1990. Lauréat de plusieurs World Press Photo Awards, Eric a reçu pour son reportage sur la guerre en Tchétchénie le Visa d'Or du Festival de photojournalisme de Perpignan ainsi que le Prix Paris Match et le Prix du correspondant de guerre de Bayeux. Familier des champs de bataille, il a couvert de nombreuses opérations humanitaires du CICR, de l'Angola à l'Afghanistan. Pour Croix-Rouge Croissant-Rouge, il a choisi quelques images de son portfolio. Ces photos et les commentaires qui les accompagnent nous rappellent que, même au milieu de guerres fratricides, la famille demeure le fondement, aussi précieux que vulnérable, de la société.

Jean-François Berger

Tchétchénie, août 1996.
"Je suis resté coincé pendant une semaine dans le centre de Grozny en compagnie de quatre autres photographes. Nous passions de cave en cave pour nous protéger des bombardements incessants et des snipers qui sévissaient en surface. A sept heures du matin, les tirs se sont arrêtés. A huit heures, les Russes ont ramassé leurs morts dans du papier aluminium. A neuf heures, les deux factions fumaient des cigarettes ensemble et, enfin, ce qui était impensable quelques heures plus tôt s'est produit: à dix heures, les civils ont commencé à sortir... C'était le dernier jour de cette guerre."

 


Afghanistan, 1994.
"Une femme de Kaboul abrite son enfant de la pluie sous son burka. Elle fuit la ville ravagée par les combats des factions rivales de Domstom le communiste, Hekmatiar l'intégriste et Massoud le gouvernemental de l'époque."

Somalie, 1992.
"C'était dans le désert, le no man's land. A part deux pierres, elles n'avaient rien pour couper le cordon ombilical du bébé. Je leur ai passé mon couteau. Après dix jours passés chez les morts-vivants de Baidoa, cette naissance m'a fait du bien..."

Bosnie-Herzégovine, 1993.
"Ce père qui traverse à Sarajevo la tristement célèbre 'Sniper Alley', c'est malheureusement une scène trop familière..."

Photos suivantes




Haut de page | Nous contacter | Crédits | Edition antérieur | Webmaster


© 1999 | Copyright ||