Page d'accueil
du Magazine

 

Une stratégie pour le Mouvement

En 1999, le Conseil des délégués a demandé à la Commission permanente de constituer un groupe de travail afin d'élaborer une stratégie commune pour le Mouvement. Le besoin s'en fait depuis longtemps sentir. En effet, si les différentes composantes du Mouvement se sont dotées au fil des ans de leurs propres plans et stratégies, rien de tel n'existe encore pour l'ensemble du Mouvement. Il existe bien un énoncé de mission, formulé dans les Statuts de 1986 et, depuis l'Accord de Séville, des directives claires pour la coordination des efforts dans les situations d'urgence, mais il était nécessaire d'aller plus loin encore. Selon Claude Jean-François, président du groupe de travail, le projet de stratégie, qui sera présenté en novembre prochain, reflète parfaitement l'ambition du Mouvement de répondre toujours plus efficacement aux besoins des plus vulnérables à travers le monde entier.

Dans ce but, le document énonce dix-sept actions spécifiques réparties entre cinq objectifs stratégiques. Le premier objectif consiste à renforcer les composantes du Mouvement - en particulier les plus faibles des Sociétés nationales - de manière à améliorer le fonctionnement d'ensemble. Cela recouvre des aspects tels que la gestion, le partage des informations et des compétences, ainsi que l'intégrité institutionnelle. Le deuxième objectif consiste à améliorer la cohésion et l'efficacité, notamment le degré de coordination dans les situations d'urgence; le troisième, à consolider l'image et l'identité du Mouvement; le quatrième, à améliorer la collaboration avec les gouvernements, les organisations partenaires et le secteur privé; le cinquième, à approfondir la compréhension du contexte complexe et en constante évolution dans lequel s'inscrit l'action de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. La stratégie du Mouvement est envi-sagée comme un processus en développement permanent, qui sera évalué et mis à jour tous les deux ans par le Conseil des délégués.

Premiers secours psychologiques en Algérie

Faisant suite au premier séminaire national sur la prise en charge psychosociale des enfants victimes de la violence de juin 2000, un deuxième séminaire national organisé par le Croissant-Rouge algérien
en collaboration avec le CICR s'est tenu à Alger du 24 au 26 avril 2001.

Il a rassemblé 150 psychologues ainsi que des représentants des autorités publiques concernées par cette question. S'appuyant sur l'expérience au quotidien des participants, il a permis d'approfondir les échanges et d'explorer de nouveaux domaines d'intervention et d'accompagnement.

Ce séminaire s'inscrit dans le cadre d'un accord de coopération signé en novembre 1999 entre le CICR et le Croissant-Rouge algérien. Devant l'ampleur des besoins à couvrir dans le domaine de la prise en charge psychologique, le CICR et la Société nationale ont en effet décidé de soutenir les structures du ministère de la santé et celles du ministères des affaires sociales engagées dans la prise en charge psychologique des enfants traumatisés par la violence. Cet engagement concerne 120 techniciens intervenant dans 70 cellules d'écoute et 20 centres d'accueil, au bénéfice de 6000 enfants par an. L'appui du CICR réside dans la formation des psychologues et dans l'équipement en matériel psychopédagogique des cellules d'écoute et des centres d'accueil. L'institution soutient en outre les activités sociales du Croissant-Rouge algérien en faveur des enfants traumatisés, notamment ses camps d'été.

Sensibilisation au danger des mines

Du 10 au 13 juin s'est tenu à Kaboul un atelier de formation pour les équipes de sensibilisation au danger des mines du Croissant-Rouge afghan. À l'ordre du jour de la réunion, des éléments de méthodologie pour la prévention des accidents et la diffusion d'informations sur le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Premier du genre, cet atelier organisé par le CICR a rassemblé dix-sept membres de la Société nationale.

À ce jour, celle-ci a constitué deux équipes de sensibilisation. La nouvelle se spécialisera dans les interventions rapides dans les régions réputées à haut risque, l'autre équipe continuant de couvrir les provinces limitrophes de Kaboul afin d'éduquer les populations exposées. L'une et l'autre devraient travailler sous les auspices du Programme contre les mines de l'Office des Nations unies pour la coordination de l'assistance humanitaire à l'Afghanistan (UNOCHA).

 

Le sida à l'ordre du jour

Les Sociétés nationales d'Afrique centrale ont tenu au Cameroun leur réunion annuelle de partenariat. À l'occasion d'un spectacle offert par le théâtre communautaire des volontaires de la Croix-Rouge camerounaise, les participants ont pu constater que ce mode d'expression se prête particulièrement bien
à la communication d'informations et de messages sur le VIH/sida, notamment à la promotion de la sexualité sans risque et de la tolérance. Sept des huit Sociétés nationales de la région prévoient des activités de ce type au cours de l'année à venir. Les participants ont par ailleurs convenu que les potentialités offertes par les campagnes d'éradication de la poliomyélite conduites en République démocratique du Congo et au Tchad convenaient pour la lutte contre le sida.

La lutte contre le VIH/sida était également à l'ordre du jour de la réunion des seize Sociétés de la Croix-Rouge des Caraïbes tenue en juin à Trinidad. Les dirigeants des organisations ont adopté une stratégie régionale révisée qui prend en compte l'explosion alarmante de la pandémie dans la région. Quoique plus connue pour ses ouragans dévastateurs, celle-ci occupe en effet le second rang derrière l'Afrique pour le taux de contamination par habitant. Sensibles à cette terrible menace, les Sociétés nationales se sont engagées à redoubler d'efforts dans ce domaine.

Réunion à Téhéran

La 3e conférence régionale annuelle des Sociétés nationales du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, qui a eu lieu du 27 au 30 mai à Téhéran, en Iran, a rassemblé des délégués de plus de 40 Sociétés nationales ainsi que des représentants de la Fédération internationale et du Comité international de la Croix-Rouge. L'accent était mis sur la célébration des volontaires et sur la promotion du dialogue entre les différentes cultures et civilisations. Les Sociétés nationales de la région ont confirmé leur détermination à relever les défis posés par le VIH/sida, à mettre en commun leurs ressources humaines dans la gestion des catastrophes et à établir un centre stratégique de secours régional à Téhéran, en mettant à profit les fortes capacités du Croissant-Rouge de l'Iran dans ce domaine, avec le soutien et la participation de la Fédération internationale.


Haut de page | Nous contacter | Crédits | Edition courante | Webmaster



© 2001 | Copyright |