Page d'accueil
du Magazine

Rubriques précédentes

 

La Croix-Rouge vue par des artistes

La section de Mannheim de la Croix-Rouge allemande a organisé en 2000 un concours d'art à l'occasion de son 125e anniversaire. L'exposition des œuvres sélectionnées est hébergée du 21 janvier au 28 février 2002 au CICR à Genève. Intitulée "Regards d'artistes sur la Croix-Rouge allemande" (Künstler sehen das Deutsche Rote Kreuz), elle rassemble les travaux de 36 artistes. Les œuvres présentées nous livrent un regard extérieur sur la Croix-Rouge en tant que symbole et en tant qu'institution et incitent à une réflexion critique sur le mandat du Mouvement en général et l'histoire de la Croix-Rouge allemande en particulier. Bien qu'adoptant des approches variées et des techniques diverses, ces œuvres donnent toutes un contenu concret aux notions d'humanité et de solidarité qui sont au cœur de l'action du Mouvement.

La section de Mannheim a également monté une exposition de photographies de Sabine Kress composée de portraits de "couples". Chacun montre une femme et un homme, l'un recevant, l'autre distribuant de l'aide. Ces images sont provisoirement hébergées sur le site Internet de la Fédération (www.ifrc.org).

Les délégations et Sociétés nationales qui souhaiteraient accueillir à leur tour ces expositions sont invitées à s'adresser à Fritz Gärtner, de la Croix-Rouge allemande (section de Mannheim), au numéro (06 21) 445 04 84.

Ce savoir qui donne des ailes

La récente guerre avec l'Erythrée et des années marquées par la sécheresse et la famine ont eu des conséquences économiques et sociales pour l'Ethiopie. La région du Tigré, au nord du pays, a particulièrement souffert du conflit avec l'Erythrée: sur 380 enfants des rues, près de 10% sont orphelins, 27% proviennent de parents divorcés, 5% de parents disparus et 58% sont encore liés à leur famille mais vivent grâce aux revenus engrangés dans la rue.

"Ma grand-mère me forçait à mendier. Depuis que j'ai été pris en charge par la Croix-Rouge, elle a essayé plusieurs fois de m'enlever sur le chemin de l'école. Mais je cours plus vite qu'elle! Vouloir apprendre, ça donne des ailes!" À huit ans, Moulou a déjà passé la moitié de sa vie dans les rues d'Adigrat, ville-pilote du projet "Enfants des rues", initié par Hagos Gemechu, secrétaire de la branche tigréenne de la Croix-Rouge éthiopienne. Depuis le mois d'octobre 2001, 38 enfants et adolescents, de 7 à 19 ans, sont hébergés, nourris, scolarisés et formés en vue de trouver un emploi.

Un volcan en furie

Le 17 janvier, le volcan Nyiragongo a ravagé une grande partie de la ville de Goma, à l'est de la République démocratique du Congo. Des torrents de lave ont dévalé ses flancs à une vitesse atteignant 60 km/h, forçant quelque 300 000 habitants à s'enfuir pour chercher refuge à Gisenyi et dans ses environs, de l'autre côté de la frontière avec le Rwanda.

"Lorsque le volcan a fait éruption, j'ai cru tout d'abord à un coup de tonnerre", raconte Odette Nyiraminani, qui habitait le quartier de la Corniche, à l'ouest de la ville. "La ville a bientôt été noyée dans la fumée, nous parvenions à peine à respirer." Avec son bébé, la jeune femme a pu traverser la frontière et a passé deux jours dans un champ près de Gisenyi, avant que la Croix-Rouge ne les prenne en charge.

Mobilisés dès la première heure, un millier de volontaires de la Croix-Rouge rwandaise ont fourni une aide d'urgence et administré les premiers secours aux sinistrés, profondément choqués par la catastrophe. "Goma n'existe plus", témoignent certains d'entre eux, qui ont assisté à la destruction de l'agglomération. La Croix-Rouge rwandaise, la Fédération et le CICR, soutenus par les Sociétés nationales de la Croix-Rouge allemande, française, belge et espagnole, continuent d'assurer une assistance aux victimes.


Haut de page | Nous contacter | Crédits | Edition courante| Webmaster



© 2002 | Copyright |