Page d'accueil
du Magazine

Rubriques suivantes

Un grand humanitaire nous a quittés

Avec la disparition de Jean Pictet, récemment décédé à l'âge de 87 ans, le Mouvement a perdu l'un de ses piliers. D'une humanité à fleur de peau, ce grand juriste du CICR fut le principal inspirateur non seulement des Conventions de Genève de 1949 - notamment de leur précieux article 3 commun définissant les règles minimales à respecter en cas de conflit interne et de guerre civile - mais aussi de leurs Protocoles additionnels de 1977. Pendant plusieurs décennies, Jean Pictet aura été l'incontestable autorité en matière de doctrine et de droit au sein du Mouvement, qui lui doit en outre un de ses plus précieux héritages. "En proposant au Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge les sept Principes fondamentaux dont celui-ci s'est doté après cent ans d'existence, Pictet a créé le ciment qui a permis à la Croix-Rouge de garder cohésion et unité pendant la guerre froide et d'éviter la politisation du Mouvement", souligne Jacques Moreillon, membre du CICR et ancien Directeur général qui a travaillé aux côtés du défunt.

Angolais aux abois

Depuis le 4 avril dernier, date de la signature d'un accord de cessez-le-feu qui a mis un terme au conflit qui ravageait l'Angola depuis plus de deux décennies, les besoins sont en hausse. L'explication de cet apparent paradoxe est simple: le retour progressif à la sécurité - une sécurité toute relative compte tenu des mines et des bandits qui infestent les routes - a permis aux organisations humanitaires d'accéder à des zones auparavant hors d'atteinte. Pour la même raison, de nombreuses personnes souffrant de malnutrition grave et de divers problèmes de santé sont récemment sorties de la brousse dans l'espoir de trouver du secours.

Le CICR fournit à la population une assistance alimentaire et médicale d'appoint, en particulier dans la province de Huambo. Il s'efforce aussi de rétablir les liens familiaux dans une quinzaine d'autres provinces, en étroite coopération avec la Croix-Rouge angolaise. Conscientes de la gravité de la crise, les organisations humanitaires présentes dans le pays coordonnent étroitement leurs activités, de manière à en optimiser l'impact.

Le jardin de la violence

La violence sociale est le thème de l'exposition "Le jardin de la violence", présentée dans le cadre de l'exposition nationale suisse Expo.02 en collaboration avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Croix-Rouge suisse. Aménagé à Morat, dans le canton de Fribourg, ce jardin est un lieu de sensibilisation où sont mises en scène les différences et les diverses formes d'intolérance qui alimentent la violence. Pour illustrer cette problématique, le CICR a produit un dossier pédagogique intitulé L'exploitation de la violence - la violence de l'exploitation. Il traite notamment de la violence exercée sur l'enfant du fait de sa vulnérabilité et du non-respect de sa dignité, en temps de paix et en temps de conflit armé.

Nouvelles familiales

Peu après le début de ses visites aux prisonniers capturés lors du conflit en Afghanistan et détenus par les forces armées américaines, le CICR a pu leur offrir le traditionnel service de "messages Croix-Rouge", établissant ainsi un précieux lien avec les familles. Une fois approuvés par la censure des autorités de détention, ces messages ont apporté à des familles vivant dans différents pays les premières nouvelles concernant le sort de leurs proches. À la fin juin, le CICR avait collecté 316 messages Croix-Rouge auprès des prisonniers détenus à Guantanamo Bay et 160 auprès de ceux détenus par les forces américaines en Afghanistan. En retour, les détenus ont reçu 202 réponses à Guantanamo Bay et 58 en Afghanistan. La plus grande partie de ces messages provenaient du Moyen-Orient, d'Asie et d'Europe.

Apprendre le droit humanitaire au Kirghizistan

"Per humanitatem ad pacem", tel est le titre d'un manuel destiné aux élèves des écoles secondaires du Kirghizistan, cette ancienne république soviétique à cheval entre les mondes russe et chinois. Produit par le CICR et le ministère kirghize de l'Éducation et de la Culture, il sera distribué à 60 000 adolescents dans le cadre des cours d'éducation civique. Le manuel fait référence aux épopées de "Manas" et "Er-Toshtuk". Nées au XIIe siècle, ces deux œuvres collectives du patrimoine culturel kirghize relatent les aventures mythiques des nomades ancestraux, guerriers et cavaliers. L'ouvrage évoque également des événements de l'histoire contemporaine en mettant l'accent sur l'universalité des idéaux humanitaires, de façon à sensibiliser les élèves aux bases du droit humanitaire et des principes fondamentaux.


Haut de page | Nous contacter | Crédits | Edition antérieure | Webmaster



© 2002 | Copyright |