Page d'accueil
du Magazine

Une Société nationale en transition

par Helge Kvam

Après plus de vingt années de conflits, l’Afghanistan traverse une difficile période de transition qui affecte toutes les composantes de la population, y compris la Société du Croissant-Rouge.

L’ANNÉE dernière, le Croissant-Rouge afghan a lancé une nouvelle campagne de sensibilisation au danger des mines et autres débris de guerre explosifs. La particularité de cette campagne réside dans le fait que les volontaires qui conduisent les séances d’information sont exclusivement des femmes et que leur audience est strictement féminine.

Suite aux changements qui se sont produits dans le pays au cours des deux dernières années, les femmes ont un rôle plus actif dans la société. Étant plus libres de leurs mouvements, elles sont aussi plus exposées aux accidents provoqués par les débris explosifs hérités de plusieurs décennies de conflits. De fait, le CICR a constaté que les femmes représentent un pourcentage croissant des victimes des mines.

“De nombreuses femmes ne participeraient pas aux séances de sensibilisation si celles-ci étaient animées par des hommes ou dispensées à une audience mixte. Elles ne se sentiraient pas à l’aise”, explique Lida Salamzay, instructrice au Croissant-Rouge afghan. “Qui plus est, en éduquant les femmes, nous touchons aussi les enfants, car ce sont elles qui en ont traditionnellement la charge.” Dans le cadre de ce projet soutenu par le CICR, la Société nationale a déjà formé onze instructrices.


Le siège du Croissant-Rouge afghan à Kaboul.
©MICHAEL KLEINER / CICR

D’énormes défis

Cette campagne n’est qu’un exemple parmi d’autres des initiatives prises par le Croissant-Rouge afghan afin de répondre à un éventail sans cesse croissant de demandes. Dans ce pays particulièrement éprouvé par les guerres, l’organisation a une longue expérience de l’assistance à la population. Une de ses principales activités consiste à administrer cinquante-sept dispensaires de santé, dont huit cliniques mobiles, répartis à travers tout le territoire. Ce réseau vital, soutenu par la Fédération internationale, profite à deux millions de personnes par an. Dans les années à venir, le travail ne manquera pas dans ce pays où la misère et le chômage font des ravages, et où des dizaines de milliers de rapatriés se retrouvent dans le dénuement le plus total.

Les années de conflits ont vu se succéder les régimes et les gouvernements. Ces changements ont eu une incidence directe sur le Croissant-Rouge, dont la direction est traditionnellement nommée par les autorités. Chef du département de la diffusion et des relations publiques depuis 1993, Abdurrasheed Mukhlis fait partie des exceptions. Pendant toutes ces années, il s’est dépensé sans compter pour promouvoir le droit humanitaire et les principes et valeurs du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans son pays. “Je ne prétends pas que la réussite soit totale, mais je crois que, en dépit des difficultés, nous sommes parvenus à offrir une aide équitable aux habitants les plus vulnérables de notre pays déchiré par la guerre.”

Afin de préserver la neutralité et l’impartialité del’organisation malgré le renouvellement constant de sa direction, Abdurrasheed Mukhlis a régulièrement organisé des séminaires internes axés sur le droit humanitaire et les Principes fondamentaux. De son côté, le CICR est parvenu tant bien que mal à assister toutes les victimes de la guerre en Afghanistan en maintenant des relations constructives avec les gouvernements successifs ainsi qu’avec les forces d’opposition.

Diversité ethnique

Nommé par le gouvernement comme la plupart de ses prédécesseurs, l’actuel secrétaire général et président du Croissant-Rouge afghan, Alhaj Qrabig Izidyar, dit vouloir non seulement que son organisation travaille de manière neutre et indépendante, mais aussi qu’elle soit perçue comme étant au service de tous les Afghans, quelle que soit leur origine ethnique. Par conséquent, il doit s’entourer de collaborateurs à la fois qualifiés et représentatifs de la diversité ethnique du pays.

Si l’Afghanistan n’est plus à proprement parler en état de guerre, des affrontements sporadiques continuent néanmoins d’opposer les forces de la coalition conduite par les États-Unis et le gouvernement actuel à divers groupes rebelles. Ainsi, cependant que les conditions s’améliorent dans de nombreuses régions du pays, d’autres subissent une dégradation de la sécurité. Durant l’année écoulée, le personnel humanitaire n’a pas été épargné par ce climat délétère. En mars, un délégué du CICR a été sauvagement assassiné au nord de Kandahar. En août, deux employés du Croissant-Rouge afghan ont connu le même sort.

À cet égard, le président de la Société nationale insiste sur l’importance du travail effectué par les trente-deux sectionslocales, grâce à leur intime connaissance des personnes les plus vulnérables, en particulier dans les zones à risque.

Nommé par le gouvernement comme la plupart de ses prédécesseurs, l’actuel secrétaire général et président du Croissant-Rouge afghan, Alhaj Qrabig Izidyar, dit vouloir non seulement que son organisation travaille de manière neutre et indépendante, mais aussi qu’elle soit perçue comme étant au service de tous les Afghans, quelle que soit leur origine ethnique. Par conséquent, il doit s’entourer de collaborateurs à la fois qualifiés et représentatifs de la diversité ethnique du pays.

Si l’Afghanistan n’est plus à proprement parler en état de guerre, des affrontements sporadiques continuent néanmoins d’opposer les forces de la coalition conduite par les États-Unis et le gouvernement actuel à divers groupes rebelles. Ainsi, cependant que les conditions s’améliorent dans de nombreuses régions du pays, d’autres subissent une dégradation de la sécurité. Durant l’année écoulée, le personnel humanitaire n’a pas été épargné par ce climat délétère. En mars, un délégué du CICR a été sauvagement assassiné au nord de Kandahar. En août, deux employés du Croissant-Rouge afghan ont connu le même sort.

À cet égard, le président de la Société nationale insiste sur l’importance du travail effectué par les trente-deux sectionslocales, grâce à leur intime connaissance des personnes les plus vulnérables, en particulier dans les zones à risque.


Séance de sensibilisation aux dangers des mines au dispensaire Croissant-Rouge du district 7 de Kaboul.
©FARZANA WAHIDY / CICR

 

L’avenir du pays

L’Afghanistan est engagé dans un difficile processus de reconstruction et de réconciliation, dans lequel le Croissant-Rouge a un rôle majeur à jouer. Signe encourageant, les jeunes, qui sont l’avenir du pays, s’engagent de plus en plus activement au sein de la Société nationale. Avec le soutien de la Fédération internationale, le Croissant-Rouge afghan a mis en place un programme destiné à sensibiliser les jeunes volontaires aux Principes fondamentaux du Mouvement.

“Nous nous efforçons de recruter des jeunes parmi tous les groupes ethniques”, note Merajuddin Zahir, chef du département de la Jeunesse de la Société nationale. “Nous les formons aux premiers secours et autres interventions d’urgence, et, surtout, nous nouons des liens entre eux de telle façon qu’ils deviennent des amis mus par des valeurs et des objectifs communs.” Eu égard au passé de violence de l’Afghanistan, un programme comme celui-ci constitue la meilleure contribution possible à la réconciliation nationale.

Le département de la Jeunesse a une longue histoire, mais, pendant les années de guerre, ses activités ont été pratiquement inexistantes. Le manque d’expérience représente un sérieux défi, mais le chef du département est bien déterminé à le relever afin de promouvoir l’engagement des jeunes à tous les échelons et dans tous les domaines d’activité de la Société nationale. À cet effet, le département de la Jeunesse et le département des Secours ont lancé un programme commun visant à former les jeunes dans différentes disciplines. “Les inondations, les séismes et autres catas-trophes naturelles sont monnaie courante dans notre pays”, explique Zahir. “Si nous voulons aider efficacement les futures victimes de tels événements, il est indispensable de former nos jeunes volontaires, car ils sont l’avenir de notre pays.”


Helge Kvam
Helge Kvam est délégué à la communication pour le CICR en Afghanistan.

 

Un travail vital

Quelques-unes des principales activitésdu Croissant-Rouge afghan:

• gestion de 57 dispensaires de santé,y compris huit cliniques mobiles;

• services de premiers secours communautaires dans 23 provinces, avec le concours de plus de 14 000 volontaires;

• administration de cinq foyers pour sans-abri à Kaboul, Jalalabad, Kandahar, Herat et Mazar-i-Sharif;

• formation professionnelle et projets d’activités rémunératrices – y compris pour les femmes – dans des domaines comme la boulangerie, le tissage et la confection;

• campagnes de sensibilisation au danger des mines avec le concours de 34 instructeurs dont 11 femmes;

• formation aux premiers secours et activités sportives pour les jeunes.


Haut de page

Nous contacter

Crédits

Edition antérieure

Webmaster

©2003 Copyright