Page d'accueil
du Magazine

Briser le cercle vicieux

par Pierre Béland et France Hurtubise

Une hygiène précaire, de l’eau polluée et des inondations à répétition représentent autant de menaces pour la santé publique dans n’importe quel environnement. Dans la plupart des régions rurales de la Chine, la combinaison de ces facteurs a créé un cercle vicieux de maladies véhiculées par l’eau.

S’AGISSANT de la Chine, il est plus souvent question du boom des zones urbaines que des immenses régions rurales qui forment pourtant la plus grande partie du territoire. Or, dans nombre de ces régions, la médiocrité de l’hygiène tant publique qu’individuelle favorise la propagation des maladies véhiculées par l’eau, mettant en danger la santé et le bien-être de millions d’habitants.

Selon les statistiques officielles, 59 pour 100 des foyers ruraux sont dépourvus d’installations sanitaires. Dans les provinces de Guangxi et Hunan, où la majeure partie de la population vit dans des communautés agricoles, l’incidence de la typhoïde et de l’hépatite A était l’année dernière deux à dix fois supérieure à la moyenne nationale, et les taux de tuberculose, d’ascaridiose, d’amibiase et d’infection par la douve figurent parmi les plus élevés du pays.

En 2002, plusieurs comtés du Guangxi ont subi des inondations dramatiquesqui ont entraîné une contamination alarmante de l’eau. Pour limiter les dégâts, la Croix-Rouge chinoise et la Fédération internationale ont lancé un programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement assorti de campagnes d’éducation à l’hygiène et à la santé.

Ce programme prévoit la construction sur deux ans de quelque 17400 installations sanitaires et de dix réseaux d’approvisionnement en eau dans les deux provinces. Travaillant en étroite collaboration, les délégués de la Fédération internationale et les sections de la Croix-Rouge chinoise s’emploient à recruter et à former du personnel local afin que les éléments tant structurels qu’éducationnels du programme soient pris en charge par les communautés bénéficiaires.


La Croix-Rouge chinoise conduit des programmes d’éducation sanitaire, d’approvisionnement en eau et d’assainissement dans les provinces de Guangxiet Hunan.
©FRANCE HURTUBISE / FÉDÉRATION INTERNATIONALE

 

De l’espoir et un rêve

Zhang Wang Xing et sa famille – son mari et leur enfant, l’enfant de son frère et ses beaux-parents – vivent à Nadang, un village de 320 habitants situé sur un plateau de la province de Guangxi. Récemment encore, l’endroit portait les stigmates du typhon dévastateur de l’année dernière, qui avait emporté la plupart des maisons d’adobe et la moitié des cultures. Les villageois reconstruisent maintenant en dur grâce à un plan d’aide gouvernementale qui couvre la moitié des coûts.

Zhang remplit un seau au robinet tout neuf installé devant sa maison. “Maintenant, chaque maison a son robinet. Nous n’avons plus besoin de faire chaque jour des heures de marche pour aller puiser l’eau au torrent”, commente-t-elle. Dans un endroit sombre situé non loin des ruines de son ancienne maison, on a aussi aménagé des sanitaires.

Depuis deux mois, Zhang travaille comme volontaire à la Croix-Rouge chinoise. “Je vais de maison en maison pour expliquer aux gens qu’il faut se laver les mains après être allé aux toilettes et avant de toucher les aliments. Je les encourage à se brosser les dents, à nettoyer régulièrement leur foyer et à faire bouillir l’eau avant de boire.”

À un bout du village, les autorités ont aussi aménagé un endroit spécial pour la collecte des ordures. Malgré la catas-trophe de l’année précédente et la sécheresse du début de l’été qui a réduit la première récolte de riz, l’espoir est revenu à Nadang. Les habitants ont aussi un rêve: trouver l’argent nécessaire pour capter une source dans la montagne. Pour le moment, les robinets sont alimentés par l’eau du torrent.

À Haoping, un village du Hunan, le projet d’approvisionnement en eau et d’assainissement de la Croix-Rouge vient juste de démarrer. Une immense affiche a été apposée sur un mur, proclamant solennellement la détermination des habitants à améliorer les conditions d’hygiène et de santé. On peut y lire des mesures simples à appliquer au quotidien – se laver les mains après être allé aux toilettes, faire bouillir l’eau avant de la boire – ainsi qu’un slogan percutant: “C’est votre propre santé qui est en jeu”.

Plusieurs habitants ont déjà bénéficié de ce programme. Par exemple,Mong Qing Tai, 65 ans, et sa femme, qui cultivent une petite parcelle de riz, de melons d’eau et de légumes, disposent désormais d’une installation sanitaire flambant neuve.

Dans la cour de l’école, un homme brasse du sable et du ciment. Il verse son mélange dans les deux récipients accrochés à chaque extrémité de la perche posée sur ses épaules et, ainsi chargé, pénètre dans le bâtiment où deux jeunes villageois achèvent à peine de garnir un moule de barres de fer. Ensemble, les trois hommes versent le ciment dans le moule d’où sera extrait le toit d’un nouveau cabinet de toilette. À travers la fenêtre de la classe provisoirement reconvertie en atelier de maçonnerie, on aperçoit 63 plaques de béton pourvues d’un trou destiné à accueillir le tuyau d’évacuation des eaux usées.

Plébiscite populaire

Au total, 33123 personnes bénéficient déjà du programme d’approvisionnement en eau et d’assainissement de la Croix-Rouge. L’année dernière, 3900 installations sanitaires ont été construites dans 28 villages du Guangxi. Dans chacun d’eux, des équipes de volontaires ont été constituées afin de diffuser des notions d’hygiène de base et de promouvoir des pratiques en harmonie avec les nouveaux équipements. Toutes les communautés concernées constatent une baisse de l’incidence de la diarrhée, des éruptions cutanées et autres affections parasitaires. On pense qu’à la fin de 2003, 13500 installations sanitaires supplémentaires seront en service dans le Guangxi et le Hunan.

Ce programme remporte un tel succès que de nombreux villages ont pris contact avec la Croix-Rouge dans l’espoir d’en bénéficier. C’est le cas de Wuyi, une petite communauté proche de Nanning, la capitale provinciale du Guangxi. Ses habitants, membres de l’ethnie han qui compose l’immense majorité de la population chinoise, sont fiers de leur salle de réunion et du revêtement flambant neuf de la route principale, témoignage de l’esprit d’initiative et du savoir-faire locaux. “Avant, c’était une mauvaise piste de boue. Le gouvernement nous a donné du ciment et nous avons effectué nous-mêmes les travaux”, explique un fonctionnaire communal. “Maintenant, notre village est propre et nous prévoyons d’améliorer notre système d’approvisionnement en eau. De nouvelles toilettes et une campagne d’éducation à l’hygiène compléteraient admirablement nos propres mesures de salubrité publique.”

Dans le Guangxi comme dans le Hunan, les sections provinciales de la Croix-Rouge chinoise ont montré qu’elles étaient parfaitement capables d’assurer ce genre de services. “L’avantage d’un programme sanitaire fondé sur la participation de la communauté est qu’il encourage les intéressés à se prendre en charge”, commente le professeur Fong, président de la section du Guangxi. En outre, un tel programme pose de précieux jalons pour de futures activités Croix-Rouge au sein des communautés bénéficiaires.

 
 

Hen fangbian

“Très pratique”: telle est invariablement la première réponse des bénéficiaires quand on les interroge sur les avantages des nouvelles installations sanitaires. Sachant combien les paysans chinois sont des gens pragmatiques, ce jugement constitue probablement le meilleur compliment possible au programme de la Croix-Rouge et il augure bien de son avenir. Ce qui est pratique finit toujours par être adopté et, dans le cas particulier, la réussite signifie une amélioration spectaculaire de la santé et des conditions d’existence de milliers de cultivateurs du sud de la Chine.


Pierre Béland et France Hurtubise
Pierre Béland est journaliste indépendant.
France Hurtubise est déléguée régionale à l’information de la Fédération internationale à Beijing.

Haut de page

Nous contacter

Crédits

Edition antérieure

Webmaster

©2003 Copyright