Page d'accueil
du Magazine

Page précedente

 

©Reuters / Daniel Aguilar,
Courtesy www.alertnet.org

Crise en Haïti

Confrontée à une misère chronique et à une crise politique qui a basculé dans une violence meurtrière au cours des trois derniers mois, Haïti est dans un état chaotique. La Croix-Rouge haïtienne et le CICR ont uni leurs efforts pour répondre aux besoins les plus pressants, notamment en transportant les blessés dans les hôpitaux de la capitale Port-au-Prince et d'autres villes. Ces établissements sont hélas sous-équipés et manquent cruellement de personnel pour faire face à de telles urgences, et ils ont subi à plusieurs reprises des incursions d'hommes en armes. Depuis décembre 2003, le CICR et la Société nationale leur ont fourni des fournitures de premiers secours en quantités suffisantes pour traiter un millier de patients ainsi que des fournitures chirurgicales pour opérer jusqu'à 1 400 blessés. Le principal hôpital de Pétionville, près de Port-au-Prince, a reçu à lui seul 32 tonnes de matériel chirurgical. Le CICR s'est en outre efforcé de maintenir ses visites aux détenus lorsque les circonstances le permettaient.


 

Café à Grozny

En janvier 2004 s'est ouvert à Grozny un café qui a pour vocation de sensibiliser la population au danger des mines. Il emploie neuf personnes victimes de ces terribles engins. Le 24 avril 2003, le centre de prothèses de la capitale tchétchène avait repris son activité avec le soutien du CICR, qui a fourni l'équipement nécessaire pour la fabrication des membres artificiels et pris en charge la formation du personnel à Sochi, sur le littoral de la mer Noire. Une fois achevée cette formation d'une durée de deux ans, les employés du centre seront en mesure d'appareiller plus de 300 invalides par an.


©Christopher Black /
Fédération Internationale

La Fédération s'agrandit

Le Croissant-Rouge du Kazakhstan et les Sociétés de la Croix-Rouge des Îles Cook et de la Micronésie ont été officiellement admis à la Fédération internationale, ce qui porte à 181 le nombre de ses membres. La décision a été prise à l'unanimité lors de l'Assemblée générale de la Fédération qui s'est tenue en décembre 2003 à Genève.

"Je souhaite la bienvenue à ces Sociétés nationales, qui bénéficieront désormais pleinement des compétences et des ressources rassemblées en notre sein", a déclaré Juan Manuel Suárez del Toro, président de la Fédération internationale. "Ces nouvelles adhésions sont pour nous tous un signe réjouissant de l'universalité de notre réseau."


©Johan Sohlberg / CICR

Adoption d'un traité sur les débris de guerre explosifs

Plus de 90 pays, y compris de grandes puissances militaires, ont conclu un traité crucial visant à réduire le nombre des victimes civiles de munitions et autres engins explosifs hérités de la guerre. Le CICR se félicite de l'adoption de ce premier accord international qui impose aux belligérants d'éliminer, à la fin d'un conflit, tous les résidus menaçant la sécurité des civils, des forces de maintien de la paix et des travailleurs humanitaires, ou d'en faciliter l'élimination à travers une assistance technique, matérielle et financière. Signé par les 91 États parties à la Convention sur l'interdiction ou la limitation de l'emploi de certaines armes classiques, le nouveau traité sera intégré à cette dernière en tant que cinquième protocole additionnel et entrera en vigueur quand 20 États l'auront ratifié. Avancée notable en matière de droit humanitaire, il constitue un précieux complément aux efforts déployés ces dernières années en vue d'interdire les mines antipersonnel.


©Thierry Gassmann / CICR

In memoriam

Le 17 décembre, le CICR a rendu hommage à ses douze collaborateurs morts dans l'accomplissement de leur mission depuis 2001. Il s'agit de: Aduwe Boboli, Julio Delgado, Rita Fox-Stucki,Jean Molokabonge, Véronique Saro, Unen Ufoirworth, tous tués le 26 avril 2001 en République démocratique du Congo; Ole Friis Eriksen, tué le 9 mai 2001 dans le sud du Soudan; Ricardo Munguia, tué le 27 mars 2003 en Afghanistan; Vatche Arslanian, tué le 8 avril 2003 à Bagdad; Nadisha Yasassri Ranmuthu, tué le 22 juillet 2003 en Irak; Zoheir Abdallah Ahmad Hamdi et Dekran Gregor Dekran Agopian, tués le 27 octobre 2003 à Bagdad. À l'occasion de cette cérémonie, des proches des disparus ont été accueillis par de nombreux collègues et par le président du CICR, qui leur a remis des médailles du souvenir.




Haut de page

Nous contacter

Crédits

Edition antérieure

Webmaster

©2004 Copyright