Page d'accueil
du Magazine

Page suivantes
 


©BORIS HEGER / CICR

À nouveau réunis

Le 19 août, un avion affrété par le CICR a achevé de transférer dix-neuf enfants non accompagnés de Kinshasa à Goma et vingt-huit autres de Goma à Kinshasa. Les délégués ont ensuite rendu les enfants à leurs familles respectives dans différentes provinces de la République démocratique du Congo. Âgés de 3 à 18 ans, ces enfants avaient pour la plupart été séparés des leurs durant les flambées de violence qui ont ravagé l’est du pays depuis 1996.

Réclamant de multiples démarches et de longs efforts de recherche, les réunions de familles séparées ont lieu sur une base strictement volontaire. Les délégués du CICR commencent par enregistrer les enfants, avant de tenter de localiser leurs familles. Ensuite, ils rétablissent le contact par le biais du réseau de messages Croix-Rouge qui couvre l’ensemble du territoire et qui est administré avec le concours de volontaires de la Croix-Rouge de la République démocratique du Congo.



Conférence panafricaine

La 6e Conférence panafricaine de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge s’est tenue du 8 au 13 septembre à Alger. Les Sociétés nationales du continent ont adopté à cette occasion un Plan d’action qui s’inscrit dans la continuité des engagements souscrits il y a quatre ans à Ouagadougou, à savoir, d’intensifier les efforts dans les domaines de la lutte contre le VIH/sida, de la santé et de la sécurité alimentaire.

Le Plan d’action d’Alger énonce à cet égard divers objectifs concrets: limiter la propagation du VIH/sida à travers l’éducation et le combat contre l’opprobre; soutenir les efforts des gouvernements en vue de faciliter l’accès aux médicaments antirétroviraux; fournir un soutien psychosocial aux orphelins et autres enfants rendus vulnérables par le VIH/sida; promouvoir la sécurité alimentaire et réduire la morbidité et la mortalité parmi les populations vulnérables. Ce même document appelle les Sociétés nationales à faire meilleur usage de leurs réseaux de volontaires et à développer les partenariats avec les gouvernements, les agences des Nations unies, le secteur privé et d’autres acteurs de la société civile. Lors de la séance de clôture, qui s’est déroulée en présence du président algérien Abdelaziz Bouteflika, les participants ont convenu que la prochaine Conférence panafricaine aurait lieu en Afrique du Sud.



©CICR

Centenaire du “Troisième Combattant”

Le docteur Marcel Junod est né il y a cent ans à Neuchâtel, en Suisse. En 1935, il part à la demande du CICR pour l'Éthiopie, où la guerre italo-abyssine fait rage. L’année suivante, il dirige la délégation du CICR dans l’Espagne déchirée par la guerre civile. Durant la Deuxième Guerre mondiale, il enchaîne les missions en Europe – Allemagne, Pologne, France, Portugal et Balkans – avant de partir pour l’Asie. Arrivé à Tokyo en août 1945, il est le premier médecin étranger à se rendre à Hiroshima après l’explosion de la bombe atomique, où il parvient à acheminer le 8 septembre 15 tonnes de médicaments et de matériel de premier secours mis à disposition par les Alliés. Quatre jours durant, il visite les hôpitaux, découvrant des horreurs qui dépassent tout ce qu’on pouvait imaginer.

Après la guerre, il écrit Le Troisième Combattant, un ouvrage qui sera traduit dans une douzaine de langues. En 1959, il est élu vice-président du CICR. Le Dr Junod est décédé le 16 juin 1961 d’une crise cardiaque alors qu’il sortait un patient d’une anesthésie, partant comme il avait toujours vécu: en secourant les autres.



©MARKO KOKIC / FÉDÉRATION INTERNATIONALE

Ouragans sur les Caraïbes

Jeanne, Ivan, Charles et Frances resteront dans les mémoires des habitants des Caraïbes comme la pire série d’ouragans enregistrés depuis plus de dix ans. La Fédération internationale a lancé des appels d’un montant global de 8,2 millions de dollars pour venir en aide aux victimes de la saison 2004. À travers toute la région, la Croix-Rouge s’est mobilisée pour secourir les sinistrés et leur procurer de la nourriture, de l’eau et autres articles de première nécessité. Rares sont les pays à avoir été épargnés par le déchaînement des éléments.

Dans la ville haïtienne de Gonaïves, déjà éprouvée par de violents affrontements quelques mois auparavant, près de 1600 personnes ont péri dans les inondations provoquées par l’ouragan tropical Jeanne. La Fédération internationale et les Sociétés de la Croix-Rouge canadienne, espagnole, française et suisse ont envoyé au total sept avions-cargos chargés de secours d’urgence tels que bâches en plastique, couvertures, vivres, articles d’hygiène, ustensiles de cuisine et fourneaux.

Pour gérer la masse des secours expédiés en Haïti, la Fédération internationale a également déployé une unité d’intervention d’urgence spécialisée dans la logistique. Détachés par la Croix-Rouge française et la Croix-Rouge espagnole, ses membres ont supervisé la réception, le stockage et la distribution des articles.

L’ouragan Ivan a quant à lui causé de terribles dévastations à Grenade, en Jamaïque, à Cuba et dans les îles Caïmanes. À Grenade, il a balayé 90 pour 100 de l’infrastructure, soit un coût évalué à quelque 7 milliards de dollars par l’Agence caraïbe d’intervention d’urgence en cas de catastrophe. Pour une nation dont les revenus annuels se chiffrent à environ 500 millions de dollars, le prix à payer est exorbitant. À Cuba, Ivan a été l’ouragan le plus violent enregistré en cinquante ans au moins. Aux États-Unis, les dommages subis par la Floride et d’autres États du Sud-Est sont estimés à près de 12 milliards de dollars. Des millions d’habitants sont restés privés de courant électrique pendant plus d’un mois.

L’avenir, hélas, apparaît bien sombre pour la région. D’après certains scientifiques, l’Atlantique est en effet engagé dans un processus climatique susceptible de favoriser une activité cyclonique d’une très forte intensité pendant une décennie ou deux.



©CICR

Explorer le droit humanitaire

Quarante écoles secondaires de Pologne ont introduit une initiation au droit humanitaire (Explorons le droit humanitaire – EDH) dans leur programme de cours. Suite à l’approbation par le ministère polonais de l’Éducation et des Sports d’un engagement souscrit par l’Union européenne lors de la Conférence internationale de décembre 2003, cet enseignement est désormais inclus dans les cours d’éducation civique et d’histoire pour les élèves de 16 à 19 ans.

La Croix-Rouge polonaise aide à introduire l’EDH dans les écoles et supervisera le projet pilote pendant la première année, le CICR assurant pour sa part un soutien technique et financier à l’initiative. La Société nationale espère que, d’ici la fin de 2006, l’EDH sera inclus dans le programme de 800 écoles secondaires. La Pologne rejoint ainsi la Lituanie et la Croatie, pionniers de la sensibilisation au droit international humanitaire parmi les jeunes en Europe orientale. Les ministères de l’Éducation de Hongrie, de Lettonie, de Roumanie, de Slovénie et de Slovaquie se sont également engagés à promouvoir les programmes d’exploration du droit humanitaire.


 

L’avenir de la Fédération

Dans un monde en perpétuelle mutation, dans lequel de nouveaux défis humanitaires surgissent jour après jour, comment la Fédération internationale peut-elle rester réactive, flexible et efficace, aujourd’hui et durant les décennies à venir? Cette question est au coeur de l’initiative “Notre Fédération de demain”, un processus de consultation de deux ans lancé lors de la dernière Assemblée générale afin d’analyser et de prendre en compte les changements et les tendances qui influent sur les besoins et les vulnérabilités, et affectent par voie de conséquence le travail de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

À ce jour, le processus a donné lieu à un document de réflexion basé sur de nombreux échanges de vues avec des Sociétés nationales (disponible sur FedNet). Ce texte orientera les discussions à suivre jusqu’à l’aboutissement du processus, à savoir la présentation d’une série de recommandations à l’Assemblée générale de 2005 concernant l’évolution de la Fédération internationale, jusqu’à la fin de la décennie et au-delà.

Nous avons besoin de vous. Si vous avez des idées ou suggestions sur la façon dont la Fédération internationale pourra optimiser son potentiel de premier réseau humanitaire de la planète, n’hésitez pas à nous en faire part! (courrier électronique: Philip.Tamminga@ifrc.org).

Page suivantes


Haut de page

Nous contacter

Crédits

Edition antérieure

Webmaster

©2004 Copyright