Page d'accueil
du Magazine

Tsunami le point sur la reconstruction

<<Ground Zero>> à Aceh

LE jour se lève sur Aceh en ce matin du mois de mars. Le Sumber Mas, cargo de la Fédération internationale, vogue au nord-ouest de la province d’Aceh, à Sumatra (Indonésie). À sonbord, deux camions de cinq tonnes chargés à ras bord, une camionnette, des rangées de citernes bleues massives pleines d’eau potable, ainsi que des piles bien ordonnées de fournitures et d’outil.

La cargaison est destinée à Pulau Aceh, petite île à proximité de ce que l’on appelle maintenant «Ground Zero». À bord du navire, des délégués de la Fédération internationale et des membres des Croix-Rouge britannique et indonésienne. Le navire accoste à Gugup. Du village qui se dressait ici, il ne reste rien. Le tsunami du 26 décembre a rasé tous les bâtiments, effacé les rues et même évidé profondément la terre rocheuse, créant une nouvelle baie là où s’élevait naguère une partie du village.

Même s’il était possible de reconstruire la terre elle-même, Aceh ne sera plus jamais comme avant. Fiona McShee, conseiller technique de la Croix-Rouge britannique, explique que dans le village de Gugup, 520 des 810 villageois ont péri. Sur les 290 survivants, plus de 100 ont moins de 17 ans, parce que le matin de la catastrophe, la plupart des écoliers se trouvaient dans un village voisin pour une cérémonie de remise de diplômes. On compte 55 orphelins, 25 veuves et 37 veufs; chacun, ici, a perdu au moins un proche.

Pendant les quelques années à venir, dans le cadre du programme de subsistance et de reconstruction des Sociétés nationales britannique et indonésienne, les villageois de Gugup viendront à Pulau Aceh par groupes d’une centaine de personnes pour commencer le long travail de nettoyage des ruines de leur village. Le programme touchera au total 13 000 familles d’Aceh, qui seront rémunérées, et qui pourront ainsi pourvoir à leurs besoins alimentaires et autres.

Plus tard, les habitants redessineront leurs nouveaux villages, délimiteront leurs lopins, choisiront les plans de leurs logements et ouvriront des comptes en banque sur lesquels le programme effectuera des versements progressifs pour leur permettre d’acheter des matériaux de construction pour leur maison ou leur entreprise.

L’achat du bois risque cependant d’être un problème, car ce matériau est déjà rare.

Des problèmes logistiques vont aussi ralentir la reconstruction. Les distances sont considérables, les routes et les ponts sont toujours endommagés ou détruits; il n’y a pas d’électricité, les communications sont précaires dans le meilleur des cas, et l’accès est parfois impossible.

Il faudra du temps avant que le «Ground Zero» d’Aceh redevienne un village.

Virgil Grandfield
Virgil Grandfield est délégué information pour la Fédération internationale
à Aceh, Indonésie.

Indonésie

L’Indonésie, pays le plus durement éprouvé par le séisme et le tsunami du 26 décembre 2004, puis frappé à nouveau par un violent tremblement de terre le 28 mars 2005, a d’immenses besoins d’assistance. L’aide a été offerte à la fois par l’intermédiaire de la Fédération internationale et du CICR, selon les canaux multilatéraux classiques, et par des accords bilatéraux passés avec la Croix-Rouge indonésienne (Palang Merah Indonesia — PMI).

Fédération internationale

Principales activités de reconstruction :
• Fourniture d’articles de première nécessité et de colis alimentaires à
300 000 personnes touchées par le tsunami à Aceh / Sumatra Nord;
• Fourniture d’articles de première nécessité et de colis alimentaires
à 229 000 personnes touchées par le séisme du 28 mars à Nias /
Sumatra Nord;
• Services de prévention sanitaire et de soins pour 200 000 personnes
par le biais de 12 cliniques mobiles;
• Services de santé et de premiers secours pour 20 000 personnes
déplacées hébergées dans 12 camps;
• Reconstruction, remise en état et équipement de 20 cliniques;
• Approvisionnement en eau potable de 200 000 personnes dans 200
villages sinistrés;
• Remise en état de puits, aménagement de latrines et éducation
à l’hygiène pour environ 134 000 personnes dans 17 centres
d’hébergement temporaire et 200 villages;
• Remise en état et reconstruction d’écoles et de centres
communautaires;
• Formation de 200 volontaires de la Croix-Rouge et de 1000
agents communautaires en vue d’assurer des services de soutien
psychologique;
• Formation d’au moins 2850 volontaires de la Croix-Rouge
à la préparation aux catastrophes et aux secours d’urgence au sein
de la communauté;
• Renforcement des capacités de préparation et d’intervention
d’urgence dans les régions d’Indonésie les plus exposées aux
catastrophes, y compris en matière de systèmes d’alerte rapide
et de communication d’urgence;
• Construction de plus de 25 000 logements dans la province d’Aceh
et de 2500 logements sur l’île de Nias;
• Assistance fi nancière de l’ordre de 3000 à 5000 dollars par famille
pour 25 000 familles;
• Plantation de palétuviers le long des côtes à Aceh, en faisant appel
à la main-d’oeuvre locale.
• Soutien au développement de la capacité opérationelle du PMI.

CICR

Après la première phase d’urgence, le CICR réoriente graduellement son action sur les effets humanitaires liés à la situation conflictuelle à Aceh et mène les principales activités suivantes:
• Fournir à 15 000 personnes — déplacés, familles d’accueil et ménages de retour dans leurs foyers — 300 assortiments de nettoyage (outils et produits) afin d’aider les communautés à procéder aux opérations de nettoiement et leur permettre de récupérer effets et biens endommagés;
• Fournir à 10 000 personnes — déplacés, familles d’accueil et ménages de retour dans leurs foyers — 200 assortiments communautaires pour la reconstruction (composés d’un jeu d’outils, de matériel de reconstruction et d’un assortiment de nettoyage) afin de faciliter les travaux de réparation et le retour de ces personnes dans leurs foyers;
• Améliorer la situation, en termes de santé publique, de quelque 27 000 personnes (déplacés, résidents, ménages de retour dans leurs foyers) habitant dans des villages qui ne reçoivent pas l’assistance d’autres organisations, en remettant en état ou en construisant puits et latrines;
• Continuer de fournir un soutien technique aux services officiels des eaux en fournissant des produits chimiques ainsi qu’une assistance pour les interventions d’urgence requises par les installations de traitement de l’eau dans les principales zones urbaines de la province d’Aceh;
• Conjointement avec la PMI, continuer de superviser et de favoriser les regroupements de famille touchant des enfants et d’autres groupes vulnérables tels que les personnes âgées et les malades;
• Le CICR continuera à fournir une assistance aux blessés et aux malades par un suivi régulier des centres de santé et par la distribution de fournitures médicales en cas de besoin;
• L’hôpital de campagne CICR/PMI, d’une capacité de 100 lits, mis à disposition par la Croix-Rouge de Norvège à Banda Aceh et qui a accueilli plus de 10 000 patients jusqu’à sa fermeture en mai, a été remis au ministère indonésien de la santé pour être utilisé dans le cadre du plan national de préparation aux catastrophes;
• Le CICR continuera à veiller à ce que toutes les personnes arrêtées et détenues — en relation avec le conflit, pour des actes de violence ou parce qu’elles auraient commis des actes de terrorisme — bénéficient de conditions de détention satisfaisantes sur les plans matériel, physique et psychologique, et d’un traitement humain.
• Veiller à ce que les détenus puissent rétablir et maintenir le contact avec leur famille.
• Le CICR contribue à restaurer la capacité de la PMI à Aceh pour lui permettre de répondre aux besoins découlant d’un conflit ou d’une catastrophe naturelle, en particulier dans les domaines de programmes d’assistance guidés par des équipes d’intervention d’urgence, des activités de recherche de personnes et de la promotion du droit humanitaire international (DIH).


Sociétés nationales partenaires

Croix-Rouge allemande, Croix-Rouge américaine, Croissant-Rouge de l’Arabie Saoudite, Croix-Rouge australienne, Croix-Rouge de Belgique, Croix-Rouge britannique, Société canadienne de la Croix-Rouge, Croix-Rouge danoise, Croix-Rouge espagnole, Croix-Rouge finlandaise, Croix-Rouge française, Croix-Rouge de Hong Kong (Branche de la Croix-Rouge chinoise), Croix-Rouge irlandaise, Société de la Croix-Rouge du Japon, Croissant-Rouge de Malaisie, Croix-Rouge néerlandaise, Croix-Rouge de Norvège, Croix-Rouge de la République de Corée, Société de la Croix-Rouge de Singapour, Croix-Rouge suisse, Société de Croix-Rouge, Taipei, Taiwan, Société du Croissant-Rouge turc.

SRI LANKA

À Sri Lanka, on dénombre plus de 31 000 morts, 21 000 blessés et 5000 disparus. Plus de 500 000 personnes ont dû abandonner leur foyer. Près de 100 000 personnes sont toujours hébergées dans près de 300 camps temporaires. Plus de 70 Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont contribué aux activités de secours, et plus de 30 d’entre elles participent directement aux opérations de secours et de relèvement.

Fédération internationale

Principales activités de reconstruction:
• Reconstruction et réhabilitation de 34 dispensaires de santé dans 10 districts sinistrés;
• Amélioration des conditions d’existence des quelque 300 000 personnes encore hébergées dans des camps provisoires;
• Construction de 15 000 maisons d’habitation pour 75 000 personnes;
• Soutien à 30 000 familles dont les moyens de subsistance ont été détruits ou endommagés;
• Rétablissement de systèmes locaux d’approvisionnement en eau et d’assainissement détruits ou endommagés et fourniture de services d’hygiène à 100 000 personnes;
• Programmes de soutien psychologique et de santé pour 50 000 personnes;
• Restauration des moyens de subsistance de 14 000 personnes, par le biais notamment de distributions d’outils et de matériel à des charpentiers, des tailleurs et des pêcheurs;
• Programmes communautaires de déblayage des débris;
• Développement des programmes de santé communautaires;
• Formation de volontaires et employés de la Croix-Rouge et de membres des communautés locales à la préparation aux catastrophes;
• Mise en place de programmes de premiers secours au niveau communautaire;
• Développement d’un programme de recrutement de donneurs de sang volontaires.

CICR

Le CICR réoriente progressivement son action sur les besoins humanitaires liés à la situation conflictuelle et mène les principales activités suivantes :
• Fournir aux familles des secours en nature ou des bons de caisse pour leur permettre de remplacer ou de réparer leurs biens vitaux (outils, semences, matériel de pêche, bateaux et matériaux de construction ou de réparation des bâtiments) et de reconstituer leur cheptel;
• Réparer les infrastructures publiques et relancer les activités traditionnelles génératrices de revenus dans 60 communautés de personnes de retour dans leurs foyers, ainsi que dans 60 autres villages situés à l’intérieur des terres;
• Fournir des tentes à 5000 personnes vivant dans des camps et mettre en place pour elles un système temporaire d’approvisionnement en eau;
• Apporter un soutien technique et matériel au National Water Supply and Drainage Board et soutenir ses actions à plus long terme;
• Fournir l’équipement nécessaire à 10 centres de soins de santé primaires;
• Procurer à 10 hôpitaux et à 5 autres hôpitaux régionaux spécialisés des fournitures médicales et chirurgicales;
• Continuer à soutenir l’hôpital de Puthukkudiyiruppu par du personnel médical;
• Soutenir l’équipe médicale mobile de la Croix-Rouge de Sri Lanka qui opère à Muthur et à Eachchilampattai;
• Soutenir la Croix-Rouge de Sri Lanka dans plusieurs domaines : rétablissement des liens familiaux, éducation à la santé, réponse aux besoins des victimes de conflit et promotion du DIH.

Sociétés nationales partenaire

Croix-Rouge allemande, Croix-Rouge américaine, Croissant-Rouge de l’Arabie Saoudite, Croix-Rouge australienne, Croix-Rouge autrichienne, Croix-Rouge de Belgique, Croix-Rouge britannique, Société canadienne de la Croix-Rouge, Croix-Rouge danoise, Croix-Rouge espagnole, Croix-Rouge finlandaise, Croix-Rouge française, Croix-Rouge de Hong Kong (Branche de la Croix-Rouge chinoise), Croix-Rouge irlandaise, Société de la Croix-Rouge du Japon, Croix-Rouge luxembourgeoise, Croissant-Rouge de Malaisie, Croix-Rouge néerlandaise, Croix-Rouge de Norvège, Croix-Rouge de la République de Corée, Société de la Croix-Rouge de Singapour, Croix-Rouge suisse, Société de Croix-Rouge, Taipei, Taiwan, Société du Croissant-Rouge turc.

Sri Lanka: tristesse et courage

«J’ai souvent des visites de parents et de voisins», confie Ameen Faseela.

«Ils m’encouragent à continuer à vivre normalement. Je pleure fréquemment les enfants que j’ai perdus, mais mes proches me soutiennent moralement.» Lorsque le tsunami s’est abattu sur la ville de Muthur, dans l’est de Sri Lanka, il a ravi à Ameen, 32 ans, et à son mari, Abdul Jabar, leur fi ls de 3 mois, ainsi qu’un neveu de 6 ans dont ils s’occupaient depuis qu’il était tout petit.

«Comme beaucoup d’autres habitants de la ville, nous essayons de maîtriser nos sentiments. Si nous nous laissons envahir par les émotions, qui s’occupera des enfants?», demande-t-elle. C’est la nuit que tout lui revient.

Son mari pilote la petite embarcation qui fait la navette dans la baie, permettant au CICR de relier Muthur à Trincomalee en une demi-heure. Il était en mer lorsque le tsunami anéantit son logis et décima sa famille.

«Au début, j’étais trop préoccupée par les enfants pour penser à lui, reconnaît Faseela, mais ensuite, mon fils a demandé des nouvelles de son père. Nous avons alors prié pour lui.»

S’il est vrai qu’elle peut compter sur le soutien de ses voisins, la jeune femme n’est pas en reste et leur vient à son tour en aide. «Je leur demande comment ils s’en sont sortis. Puis je leur raconte mon histoire. Nous évoquons comment nous en avons réchappé et comment nous devons rester solidaires pour aller de l’avant.»

Trois jours après le tsunami, Abdul Jabar reprenait le gouvernail du bateau du CICR. «Parfois, lorsque je suis en mer, j’imagine ma maison et ma famille submergées par les eaux. Je préfère être accompagné de collègues du CICR. Cela m’évite de penser au drame.» «Il a un contrat à remplir», conclut sa femme.

Le Programme de reconstruction de la Fédération internationale
dans d’autres régions touchées par le tsunami.

MALDIVES

• Abris temporaires pour 9500 personnes;
• Fourniture de 5000 matelas et d’ustensiles de cuisine pour 3000 personnes;
• Programmes communautaires de déblayage des débris et de gestion des déchets au bénéfice de 200 000 personnes;
• Mise en place d’un système communautaire de stockage et de distribution d’eau dont bénéficieront 50 000 personnes;
• Amélioration des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement pour 4000 personnes;
• Amélioration des systèmes de collecte des eaux de pluie pour 100 000 personnes;
• Soutien aux moyens de subsistance de 10 000 personnes par le biais de distributions d’articles divers;
• Construction de 2150 maisons d’habitation qui hébergeront plus de 10 000 personnes;
• Construction de deux garderies d’enfants, de deux écoles primaires et d’une école secondaire, d’une mairie, d’un centre communautaire et d’une maison d’hôtes communautaire;
• Reconstruction et remise en état de dispensaires médicaux et d’hôpitaux endommagés;
• Mise en place de programmes de soutien psychologique communautaires;
• Création d’une Société nationale de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge.
Sociétés nationales partenaires
Croix-Rouge allemande, Croix-Rouge américaine, Croix-Rouge australienne, Société canadienne de la Croix-Rouge, Croix-Rouge française.

MYANMAR

• Aider jusqu’à 15 000 sinistrés en leur procurant des assortiments familiaux d’articles de première nécessité;
• Distribution de matériaux de construction, de barques et de filets de pêche pour aider jusqu’à 15 000 personnes à restaurer leurs moyens de subsistance;
• Par le biais des volontaires de la Croix-Rouge, activités d’éducation à la santé et de promotion de l’hygiène dans les régions sinistrées;
• Amélioration de l’approvisionnement en eau potable et de l’assainissement;
• Fourniture aux familles affectées de latrines et autres équipements sanitaires;
• Programmes de soutien psychosocial pour les sinistrés et le personnel de secours;
• Renforcement des capacités de préparation et d’intervention de la Croix-Rouge de Myanmar, notamment à travers la création de stocks de secours d’urgence au bénéfice de 20 000 familles;
• Activités de formation communautaire à la gestion des catastrophes, à la sécurité et au sauvetage en mer;
• Création d’un réseau de volontaires pour les interventions d’urgence;
• Amélioration des capacités de logistique de la Croix-Rouge de Myanmar et augmentation de ses stocks de secours d’urgence.
Sociétés nationales partenaires
Croix-Rouge chinoise.


MALAISIE

• Stockage d’articles de secours dans le Kedah et les autres États de l’est du pays exposés aux inondations;
• Formation d’employés et de volontaires du Croissant-Rouge à la préparation aux catastrophes et aux interventions d’urgence, à la logistique et au soutien psychosocial au niveau communautaire;
• Amélioration des systèmes de gestion des catastrophes.

SOMALIE

• Éducation à la santé et services d’approvisionnement en eau et d’assainissement parmi les communautés affectées;
• Traitement des maladies contagieuses et distributions de sels de réhydratation orale et de médicaments;
• Amélioration des systèmes locaux d’approvisionnement en eau et d’assainissement, campagnes de promotion de l’hygiène communautaire;
• Renforcement des capacités nationales d’intervention en cas d’épidémie;
• Mise en place de systèmes d’information et formulation de plans nationaux d’intervention d’urgence;
• Renforcement des capacités du Croissant-Rouge de Somalie en matière de gestion des catastrophes et de logistique.
Sociétés nationales partenaires
Croix-Rouge allemande.


INDE

• Fourniture de 50 000 colis familiaux de secours non alimentaires et de 20 000 tentes familiales pour reconstituer les stocks d’urgence;
• Fourniture de 5000 meubles de base et de 5000 assortiments d’ustensiles de cuisine à des communautés démunies;
• Soutien aux moyens de subsistance de communautés de pêcheurs sinistrées à travers la fourniture, pour 17 000 familles (85 000 personnes), de 700 bateaux en bois, 390 bateaux à moteur, 1500 machines pour le tressage des cordes, 1000 machines à coudre et 500 filets de pêche;
• Rénovation de 155 abris anticyclones;
• Construction de 50 maisons;
• Reconstruction et remise en état de 300 échoppes;
• Programmes d’assistance de longue durée pour le relèvement et la reconstruction des communautés sinistrées;
• Soutien à des programmes communautaires de préparation aux catastrophes, de soins de santé de base, d’éducation et de soutien psychologique;
• Mise en place de l’élément communautaire d’un système d’alerte rapide;
• Soutien au développement des capacités de préparation et d’intervention de la Croix-Rouge de l’Inde.
Sociétés nationales partenaires
Société canadienne de la Croix-Rouge, Croix-Rouge espagnole, Croix-Rouge de Hong Kong (Branche de la Croix-Rouge chinoise).


THAILANDE

• Fourniture par des volontaires spécialement formés et équipés de services de soins de santé de base à quelque 20 000 personnes dans les six provinces touchées;
• Fourniture de 5000 assortiments familiaux d’articles de premiers secours à des familles des six provinces sinistrées vivant dans des centres d’hébergement provisoire ou permanent;
• Réhabilitation, au bénéfice d’environ 26 500 habitants de l’île de Lanta, d’un dispensaire de santé et d’un hôpital de district qui seront dotés de véhicules, d’équipements et de fournitures médicales;
• Mise en place de systèmes de purification de l’eau dans 12 écoles des 6 provinces sinistrées afin de procurer de l’eau potable à quelque 6000 écoliers au total;
• Activités de soutien psychosocial pour les familles affectées, y compris un programme spécial à l’intention de 3000 enfants;
• Remplacement ou remise en état de 2000 barques de pêche afin de rétablir les moyens de subsistance de 2000 pêcheurs;
• Formation à la prévention des catastrophes au niveau communautaire;
• Formation à la sécurité et au sauvetage en mer;
• Sensibilisation de la population aux systèmes d’alerte rapide.
Sociétés nationales partenaires
Croix-Rouge américaine, Croix-Rouge britannique, Croix-Rouge chinoise, Croix-Rouge finlandaise, Croix-Rouge française, Croix-Rouge de Hong Kong (Branche de la Croix-Rouge chinoise), Croix-Rouge suédoise.


SEYCHELLES

• Activités de secours d’urgence et d’aide au relèvement pour 350 familles affectées par le tsunami et les glissements de terrain;
• Restauration des moyens de subsistance de 50 pêcheurs grâce à la fourniture de lignes et d’hameçons, de cordes, de rames, d’ancres et de gilets de sauvetage, de filets et de pièges à poissons;
• Fourniture à 30 familles de matériaux pour reconstruire leurs maisons;
• Stockage d’articles de première nécessité, y compris des fournitures médicales, pour 1000 familles vivant dans des zones à haut risque;
• Formulation d’un plan d’intervention d’urgence en prévision des inondations et des cyclones et d’un plan de gestion des catastrophes, et mise en place d’un système de transport pour les opérations de secours de la Croix-Rouge des Seychelles;
• Mise en place d’une coordination avec les garde-côtes afin d’harmoniser les activités de sécurité et de sauvetage en mer;
• Développement de programmes communautaires de réduction des risques.
Sociétés nationales partenaires
Croix-Rouge britannique, Croix-Rouge française.

Haut de page

Nous contacter

Crédits

Webmaster

©2005

Copyright