Page d'accueil
du Magazine

 

Terreur à Londres

Lorsque des attentats à la bombe ont frappé le réseau de transport londonien le 7 juillet, faisant plus de 50 morts et quelque 700 blessés, la Croix-Rouge britannique s’est mobilisée en quelques minutes. Des ambulances et des volontaires formés ont été dépêchés sur les lieux pour secourir les victimes et offrir un appui vital aux services d’urgence.

Les volontaires ont ensuite apporté soutien et réconfort aux personnes choquées qui regagnaient leur foyer, dans la capitale et ses environs. La réaction de la Croix-Rouge britannique à ces événements — la pire situation d’urgence qui ait frappé la capitale depuis de longues années — ne s’est pas arrêtée là; dans les jours et les semaines suivants, la Croix-Rouge a continué à jouer un rôle crucial en
apportant aide matérielle et réconfort aux survivants, aux familles en deuil et à toutes les personnes touchées.

La Croix-Rouge était la principale organisation bénévole au Centre d’assistance aux familles créé par les autorités au lendemain des attaques, et dont elle a bientôt repris la gestion. Plus de 600 personnes ont reçu appui et orientation, et une ligne de téléphone gérée par des volontaires de la Croix-Rouge, qui a reçu plus de 1200 appels dans les semaines suivant les attentats, continue à fournir informations et réconfort.

La Croix-Rouge britannique a été priée par le maire de Londres de créer et d’administrer un fonds de secours, qui a recueilli à ce jour plus de 13,7 millions de dollars pour les familles des victimes. À la fi n du mois d’août, 791 000 dollars avaient déjà été versés à 126 bénéficiaires.

Les autorités et les services officiels ont salué l’engagement des volontaires et du personnel de la Croix-Rouge britannique. Martin Flaherty, directeur des opérations du service des ambulances de Londres, a écrit au directeur de la Croix-Rouge britannique pour lui exprimer sa gratitude en ces termes : «Nous vous sommes reconnaissants pour votre concours, qui nous a permis de faire face ensemble aux effets directs des explosions, ainsi qu’aux besoins d’autres Londoniens gravement malades et blessés en difficulté pendant cette période.»

En vertu de la loi de novembre 2004 sur les situations d’urgence, le gouvernement doit, dans ses plans d’urgence, prévoir la contribution des organismes bénévoles aux côtés des services officiels. Après les événements tragiques du 7 juillet, l’importance du travail d’organisations telles que la Croix-Rouge britannique ne saurait être ignorée. Les enseignements tirés de cette expérience renforceront la capacité de réponse aux urgences futures, où qu’elles se produisent.

 

 

©DAVID WEBB / CROIX-ROUGE BRITANNIQUE


Enfin libres!

Le 18 août 2005, le Front Polisario a libéré les 404 prisonniers marocains qu’il détenait; ils ont été rapatriés au Maroc sous les auspices du CICR. Leur libération fait suite à la médiation des États-Unis. Ce rapatriement marque la fi n d’un internement de plus de 20 ans, puisque certains prisonniers avaient été capturés en 1975, et une étape importante vers le règlement des problèmes d’ordre humanitaire découlant du conflit du Sahara occidental. Pour ces hommes, coupés du monde depuis si longtemps, les visites des délégués du CICR ont permis, pendant ces longues années, de recevoir des nouvelles de leur famille.

Dans l’intervalle, le CICR poursuivra ses efforts afin que le sort de toutes les personnes portées disparues au cours de ce conflit soit élucidé, et pour que les familles qui souffrent de l’incertitude causée par l’ignorance du destin de leurs proches obtiennent des informations satisfaisantes.

 

 

©MARC BOUVIER / CICR


Aide d’urgence d’urgence en Irak

Plus de 800 personnes auraient péri le 31 août, étouffées, piétinées ou noyées dans le Tigre, lorsque la panique s’est emparée d’une foule de milliers de pèlerins en procession vers la mosquée de Kazimia, dans le nord de Bagdad. C’est la rumeur de la présence d’un kamikaze qui aurait déclenché le mouvement de panique. La plupart des victimes étaient des femmes et des enfants. Le Croissant-Rouge de l’Irak a immédiatement dépêché sur les lieux 50 volontaires pour installer un poste de premiers secours, ainsi que des ambulances, des véhicules 4 x 4 et un minibus pour évacuer les morts et les blessés, et des camions pour amener des trousses de premiers secours et des couvertures à trois hôpitaux de la zone. La Société nationale a aussi fourni aux hôpitaux des sacs mortuaires, des civières, des draps et d’autres secours médicaux.

L’escalade de la violence à Tal-Afar, dans le nord de l’Irak, a poussé de nombreux habitants à fuir leur foyer. Le Croissant-Rouge de l’Irak estime que 5000 familles environ ont cherché refuge dans les villes et villages environnants au mois de septembre. La Société nationale a installé des camps autour de la ville pour accueillir les familles déplacées, et le CICR a fourni à la section de Mossoul 5000 colis de vivres individuels, 1000 jerrycans, 1000 seaux, 1000 couvertures, 100 tentes, 600 poêles à pétrole et 600 assortiments d’articles d’hygiène. Depuis le début de l’opération militaire à Tal-Afar en juillet, le CICR fournit chaque jour 180 000 litres d’eau potable à 900 familles.

 

 


REUTERS / THAIERAL - SUDANI, AVEC L’AUTORISATION DE www.alertnet.org


Un emblème supplémentaire

Le gouvernement helvétique a annoncé le 13 septembre son intention d’organiser avant la fi n de l’année une conférence diplomatique pour adopter un nouvel emblème qui viendra s’ajouter à la croix rouge et au croissant rouge. Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge s’est vivement félicité de cette initiative, car la question de l’emblème pourrait ainsi trouver une solution globale et durable.

La conférence diplomatique rassemblerait les gouvernements des 192 États parties aux Conventions de Genève afin d’envisager l’adoption d’un troisième protocole additionnel aux Conventions portant création d’un emblème protecteur additionnel. Le nouveau symbole est un cadre rouge ayant la forme d’un carré posé sur la pointe, sur fond blanc; il aurait le même statut, à tous égards, que la croix rouge et le croissant rouge, et serait appelé le «cristal rouge».

Le nouvel emblème serait dépourvu de toute connotation religieuse, politique ou autre; il permettrait aux Sociétés nationales qui étaient dans l’impossibilité d’utiliser les emblèmes existants de devenir membres à part entière du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, et à celui-ci de réaliser son principe fondamental d’universalité.

Le CICR et la Fédération internationale continueront d’utiliser leurs emblèmes actuels, de même que les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge; dans des circonstances exceptionnelles, toutefois, ils pourront recourir au nouvel emblème pour faciliter leur action.

 

 


Dunant sur grand écran

Le dernier film consacré à Henry Dunant remontait à plus d’un demi-siècle. Basé sur la réalité historique, Du Rouge sur la Croix est un film de fiction retraçant le parcours de Dunant, qui devait aboutir à la fondation de la Croix-Rouge. Le film décrit les cinq années d’efforts de Dunant pour persuader tous les pays d’autoriser une organisation de secours à soigner tous les soldats tombés au champ de bataille, sans distinction de camp. Cette épopée est une coproduction internationale de grande ampleur, qui réunit Bohemian Films, la Télévision Suisse Romande (TSR), Dune, France 2, Pale Blue Productions (Autriche) et ENTV (Algérie) avec l’appui de l’Union européenne de radio-télévision (UER). Le scénario est dû à Claude- Michel Rome et à Dominique Othenin-Girard, qui a réalisé ce téléfilm de 90 minutes à la distribution internationale, avec Thomas Jouannet dans le rôle de Henry Dunant, Émilie Dequenne, Jean-François Balmer, Michel Galabru et Tom Novembre. Du Rouge sur la Croix sera aussi disponible sur DVD, lequel comprendra des «bonus», dont une actualisation de l’histoire du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

 

 

©DAVID KOSKAS


Haut de page

Nous contacter

Crédits

Webmaster

©2005

Copyright