1 0

Page d'accueil
du Magazine

Enquête sur le magazine

 

Nos lecteurs veulent plus de recul et moins
de battage

Moins de «propagande» et plus de débats.

Moins d’articles sur les personnalités en vue, davantage sur les volontaires et sur les expériences concrètes des Sociétés nationales.

Davantage de regards extérieurs, moins de formalités.

Ce sont là quelques-uns des points de vue émanant du Mouvement, recueillis dans le cadre d’une enquête commandée par le Comité de rédaction du magazine Croix-Rouge, Croissant-Rouge pour mieux cerner ce que nos lecteurs apprécient et apprécient moins dans l’aspect, le contenu et l’orientation du magazine.

Le taux de satisfaction est généralement élevé, puisque près de 80 % des personnes interrogées déclarent apprécier le magazine. Et ce n’est pas du battage ! Telle est la conclusion de la société Owl Research and Evaluation, qui a réalisé des entretiens avec 89 personnes de 31 Sociétés nationales (en neuf langues), ainsi qu’au siège et dans les bureaux du CICR et de la FICR sur le terrain.

Si les lecteurs, en règle générale, apprécient le contenu, la mise en pages les enchante moins. «La maquette pourrait être améliorée», selon un employé chargé de communication de la FICR en Asie. «C’est un peu trop classique. Il faudrait plus de photos et de reportages photographiques.»

QUE DEMANDENT NOS LECTEURS ?
■ DES ARTICLES SUR LES ACTIVITÉS DES SOCIÉTÉS NATIONALES
■ DES RÉCITS PERSONNELS ET DES ARTICLES SUR LE VOLONTARIAT
■ DES ARTICLES D’OPINION, DES CRITIQUES ET DES DÉBATS, AINSI QUE DES AVIS EXTÉRIEURS AU MOUVEMENT SUR LES QUESTIONS ESSENTIELLES.

«TROP GENTIL»
Qu’est-ce qui leur déplaît ? De nombreux lecteurs jugent le magazine trop gentil à l’égard des collègues du Mouvement. «Certains lecteurs reprochent au magazine une tendance à l’autosatisfaction», conclut le rapport. «La plupart préféreraient une démarche plus autocritique dans le traitement des thèmes sociaux, tout en continuant à traiter de sujets pertinents, comme le volontariat et l’expérience concrète des Sociétés nationales.»

Le magazine devrait non seulement être une source d’inspiration à l’intérieur du Mouvement, mais aussi susciter dialogue et réactions de la part de publics variés. D’autres jugent le contenu trop «académique», et considèrent qu’un ton plus «léger» «attirerait un lectorat plus vaste (notamment parmi les jeunes)». Au fait, qui lit le magazine ? Aux sièges, à Genève, on le considère généralement comme une publication interne du Mouvement, s’adressant aux Sociétés nationales; or, celles-ci l’utilisent souvent à des fi ns de communication extérieure, avec les médias, les pouvoirs publics et les donateurs.

Nombreux sont ceux pour qui le magazine est une façon de montrer leur lien avec un mouvement international plus étendu. Même si l’accès à Internet est de plus en plus répandu, l’étude montre qu’un magazine imprimé reste, pour bien des gens, le meilleur moyen de recevoir des informations sur le Mouvement.

Un point fait l’unanimité : le magazine est l’unique organe qui représente le Mouvement — les Sociétés nationales, la FICR et le CICR —, et c’est pourquoi chacun souhaite continuer à le trouver régulièrement dans sa boîte aux lettres.

Croix-Rouge, Croissant-Rouge a déjà réagi avec une nouvelle présentation, que vous avez sous les yeux, et le Comité de rédaction a l’intention de donner suite à bon nombre des autres suggestions reçues dans les numéros à paraître. C’est donc un dossier à suivre; surtout, continuez à nous faire part de vos réactions.

Le courrier
des lecteurs

Voici quelques suggestions de collaborateurs du Mouvement du monde entier, recueillies dans une enquête récente, quant à ce qu’ils aimeraient trouver dans Croix-Rouge, Croissant-Rouge :

«Une participation accrue des Sociétés nationales serait la bienvenue.»
Chargé de communication, Société nationale, Moyen-Orient

«Le Magazine devrait avoir une personnalité propre. Une vision plus globale. Publier des points de vue critiques, des lettres, des réactions. Approfondir davantage les sujets.»
Collaborateur chargé d’opérations, FICR, Asie

«Créer un réseau de rédacteurs, avec les magazines nationaux, pour échanger articles, traductions et idées.»
Collaborateur chargé d’opérations, Société nationale, Europe

«Publier davantage d’articles intéressants, surtout du point de vue des victimes; donner la parole aux victimes. Publier des points de vue extérieurs, plutôt que faire la publicité de la Croix-Rouge.»
Chargé de communication, CICR, Asie


 

 

 

 

Haut de page

Nous contacter

Crédits

Webmaster

©2010

Copyright