Page d'accueil
du Magazine

 

Journée mondiale de la Croix-Rouge
et du Croissant-Rouge

La croissance des villes et la montée de la violence urbaine sont deux des grands thèmes retenus cette année pour la Journée mondiale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le 8 mai. Destinée à célébrer l’engagement des volontaires du Mouvement, la Journée prolonge la campagne «Notre monde. À vous d’agir», avec une déclaration conjointe FICR-CICR qui aborde entre autres les rapports entre l’urbanisation et des sujets comme la sécurité alimentaire, la pauvreté, les soins de santé, les services sociaux, la violence, l’hébergement, l’eau et l’assainissement ainsi que les personnes déplacées.

 


©REUTERS/Mariana Bazo, avec l’autorisation de www.alertnet.org

 


Le Mouvement célèbre la libération
de deux délégués

Le Mouvement Croix-Rouge Croissant-Rouge a fêté la libération de deux employés du CICR enlevés en Afrique centrale à la fi n de 2009. En février, l’agronome du CICR Laurent Maurice a été libéré, 89 jours après son enlèvement dans l’est du Tchad. Puis, le 18 mars, Gauthier Lefèvre, chef de la sous-délégation du CICR à El Geneina, a été enfin remis en liberté, 147 jours après avoir été enlevé dans la région du Darfour Ouest (Soudan).

«Je savais que mes collègues du CICR ne m’oublieraient pas», a déclaré Gauthier Lefèvre en remerciant tous ceux qui ont travaillé à sa libération. Il a ajouté que «les vraies victimes sont toujours là-bas, au Darfour» et que son enlèvement ne doit pas faire oublier le travail en matière de protection, d’assistance et de rétablissement des liens familiaux qui est effectué au Darfour.
 
«L’équipe du CICR basée à El Geneina a mené à bien un grand nombre de projets au Darfour Ouest dans des conditions très difficiles, et il y a eu peu d’incidents de sécurité. C’est de cela que j’aimerais que l’équipe du CICR se souvienne.»

Les deux employés libérés ont affirmé que leur désir de venir en aide aux populations de la région était intact. Ainsi, Laurent Maurice a déclaré : «Les populations touchées par le conflit armé qui ont besoin de protection et d’assistance n’ont rien à voir avec les ravisseurs. Elles ont besoin d’eau potable, de meilleures récoltes, de nourriture, d’abris, etc. J’ai choisi de travailler dans le domaine humanitaire parce que je veux aider les gens.»

 

 


Les familles ont besoin de réponses

Le CICR a appelé le gouvernement du Guatemala à redoubler d’activité pour que les familles puissent connaître la vérité sur le sort de leurs proches durant les années de guerre civile. «Les familles des personnes disparues pendant le conflit armé continuent de souffrir. Le chapitre n’est pas clos», a déclaré Christine Beerli, la vice-présidente du CICR, qui s’est rendue dans le pays en février et a remis un rapport sur la question aux plus hautes autorités.

 

 


Des besoins aigus malgré le cessez-le-feu au Yémen

Depuis qu’un cessez-le-feu a été conclu entre le gouvernement du Yémen et les Houthis en février, les personnes touchées par le conflit dans les gouvernorats de Saada et d’Amran essaient de reconstruire leur vie, avec l’aide du CICR et du Croissant-Rouge du Yémen. Certaines rentrent chez elles, tandis que d’autres quittent les zones reculées pour se rendre par exemple dans la ville de Saada ou dans des camps pour déplacés internes, où elles trouveront des services essentiels et une aide humanitaire.


©REUTERS/Khaled Abdullah, avec l’autorisation de www.alertnet.org

 


Nouveaux foyers au Myanmar

Près de deux ans après le passage du cyclone Nargis, le delta de l’Ayeyarwady montre des signes de retour à la normale. Tout n’est pas réglé, mais des milliers de survivants ont reçu des maisons neuves, des villages ont été restaurés et les pêcheurs ont reçu des bateaux. «C’est merveilleux de se sentir en sécurité dans notre nouvelle maison», déclare Daw Tin Pu, une veuve de 70 ans qui garde son petit-fils de 4 ans dans un abri érigé par la Croix-Rouge de Myanmar.

 

 


Crise alimentaire au Zimbabwe

La récolte de 2010 s’annonce catastrophique, et la FICR a renouvelé son appel de fonds pour apporter une aide alimentaire à quelque 2,17 millions de personnes. «Dans certaines régions, nos volontaires et employés ont rarement été témoins d’une situation aussi critique», déclare Emma Kundishora, secrétaire générale de la Croix-Rouge du Zimbabwe. La désertification croissante et d’autres problèmes ont exacerbé le manque de vivres au Niger, au Soudan et en Somalie.



©REUTERS/James Akena, avec l’autorisation de www.alertnet.org

 


Glissements de terrain dévastateurs

À Nametsi, dans l’est montagneux de l’Ouganda, des pluies torrentielles ont causé au début du mois de mars des glissements de terrain catastrophiques qui ont rayé de la carte trois villages. La Croix-Rouge de l’Ouganda a immédiatement dépêché 60 volontaires sur les lieux; après avoir cheminé trois heures pour gagner les lieux, les volontaires ont commencé à creuser pour dégager les victimes ensevelies dans la boue et sous les rochers. Plus de 93 personnes ont perdu la vie et on compte 265 disparus. À l’heure où nous mettons sous presse, 42personnes ont été sauvées.

 



Une décennie pour la sécurité routière

Au mois de mars, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé la période 2011–2020 «Décennie d’action pour la sécurité routière». La route fait 1,3 millions de morts par an; ce fléau «est d’autant plus choquant qu’il est entièrement causé par l’homme, et que ces décès et accidents peuvent être empêchés», a déclaré Matthias Schmale, secrétaire général adjoint de la FICR chargé du développement, devant l’Assemblée générale avant le vote.

 

 


Un violent séisme ébranle le Chili

La Croix-Rouge chilienne continue à collaborer avec le Bureau national des situations d’urgence du Chili pour réagir au puissant séisme — d’une amplitude de 8,8 sur l’échelle de Richter — qui a frappé le pays le 27 février.

Au moins 528 personnes ont été tuées, victimes pour la plupart du tsunami qui a balayé une portion de littoral longue d’environ 500 kilomètres. La Société nationale est intervenue dans les zones les plus touchées, fournissant des abris temporaires, des services d’assainissement et des soins de santé. Les équipes ont aussi aidé les survivants à retrouver leurs proches. La FICR a annoncé un appel de 13 millions de francs suisses pour financer des secours pendant un an.


 


©REUTERS/Mariana Bazo, avec l’autorisation de www.alertnet.org


Un appel au «sang neuf»

Barcelone, qui accueillera en 2010 la Journée mondiale du don du sang, a lancé une campagne d’un an sur le thème «Barcelone a le sang chaud», par des annonces télévisées montrant les joueurs de l’équipe locale de football, le FC Barcelone, en train de donner leur sang. Barcelone succède à Melbourne comme capitale internationale de la Journée mondiale, qui est parrainée par la FICR, la Fédération internationale des Organisations de donneurs de sang, la Société internationale de transfusion sanguine et l’Organisation mondiale de la santé.

 

Haut de page

Nous contacter

Crédits

Webmaster

©2010

Copyright