Page d'accueil
du Magazine

Famine et désespoir

Sécheresse; conflits et violence armée; prix prohibitifs de l’énergie; changements climatiques; inégalités dans la production et la distribution de nourriture; bouleversements des systèmes pastoraux et agricoles traditionnels; lassitude des donateurs... Tels sont quelques-uns des facteurs qui expliquent pourquoi un milliard de personnes souffrent chaque jour de faim ou de malnutrition, en dépit d’une production alimentaire abondante, comme l’explique le Rapport sur les catastrophes dans le monde de 2011 publié par la FICR. La crise dans la Corne de l’Afrique est un exemple extrême, qui montre pourquoi l’insécurité alimentaire représente l’un des dilemmes humanitaires et diplomatiques les plus douloureux pour le Mouvement. Tout en déployant dans l’urgence une aide vitale pour des millions de personnes, il doit aussi plaider pour des solutions locales et durables dans un monde accablé par des crises constantes, dues à des causes naturelles ou provoquées par l’homme. Ces photographies, qui donnent à voir les causes et les conséquences de la famine dans la Corne de l’Afrique et dans d’autres régions, illustrent aussi quelques motifs d’espoir à l’égard de solutions humanitaires locales.

Bien avant le cycle de sécheresse le plus récent, le CICR et le Croissant-Rouge de Somalie apportaient déjà une assistance médicale et alimentaire d’urgence dans toute la Somalie, y compris dans les zones tenues par les rebelles. Ci-dessus, une collaboratrice du Croissant-Rouge de Somalie construit un abri dans un camp pour personnes déplacées dans le Puntland. Photo : Olav Saltbones/CICR

Avant même que la sécheresse et le conflit n’entraînent des mouvements massifs de population vers le Kenya et l’Éthiopie, la violence et l’insécurité alimentaire avaient déjà provoqué le déplacement de milliers de personnes vers des camps de fortune à Mogadiscio, la capitale somalienne, où elles risquent de connaître la famine. Ci-dessous, une femme et un enfant tout juste arrivés dans un camp provisoire dans le secteur de Hodan à Mogadiscio. Photo : REUTERS/Feisal Omar, avec l’autorisation de www.alertnet.org

Dans le nord-est du Kenya, près de la frontière somalienne, la sécheresse dure depuis quatre ans. Les points d’eau sont à sec et les habitants consacrent toute leur énergie à la corvée d’eau. Les populations nomades, déjà confrontées à la concurrence pour l’utilisation des pâturages, ont perdu la quasi-totalité de leurs chèvres, de leurs bovins et de leurs chameaux, qui constituent leur principal investissement et leur unique source d’argent et de nourriture.
Photo : ©Jakob Dall/Croix-Rouge danoise

Dans le nord-est du Kenya, près de la frontière somalienne, la sécheresse dure depuis quatre ans. Les points d’eau sont à sec et les habitants consacrent toute leur énergie à la corvée d’eau. Les populations nomades, déjà confrontées à la concurrence pour l’utilisation des pâturages, ont perdu la quasi-totalité de leurs chèvres, de leurs bovins et de leurs chameaux, qui constituent leur principal investissement et leur unique source d’argent et de nourriture.
Photo : ©Jakob Dall/Croix-Rouge danoise

Le camp de réfugiés de Dadaab, au Kenya, a été ouvert par le HCR voici plus de vingt ans, triste témoignage de la violence armée chronique en Somalie et de l’insécurité alimentaire endémique dans la région. C’est aujourd’hui le plus grand camp de réfugiés du monde, avec une population de quelque 500 000 personnes. Nombreux sont les adolescents dans ce camp qui n’ont jamais connu d’autre cadre de vie. Ici, les réfugiés se rassemblent pour la prière. Photo : ©REUTERS/Jonathan Ernst, avec l’autorisation de www.alertnet.org

La Corne de l’Afrique n’est pas la seule région du monde où les phénomènes climatiques provoquent des pénuries alimentaires. Dans le monde entier, inondations, tempêtes tropicales et incendies réduisent à néant des cultures vitales pour des populations nombreuses. Le lac Penuelas, en périphérie de Valparaiso (Chili), est presque entièrement à sec, ce qui a entraîné une explosion des prix des denrées alimentaires. Ce sont les habitants les plus pauvres qui sont le plus durement touchés.
Photo : ©REUTERS/Eliseo Fernandez, avec l’autorisation de www.alertnet.org

L’insécurité alimentaire n’est pas toujours causée par le manque de nourriture. La planète produit suffisamment de vivres pour nourrir la population mondiale, et pourtant plus d’un milliard de personnes souffrent de la faim. Les marchés des produits de base sont l’une des causes les plus méconnues du phénomène.
Photo : REUTERS/Ajay Verma, avec l’autorisation de www.alertnet.org.

La spéculation dans des villes comme Londres, Tokyo ou Chicago peut influer sur les prix des denrées jusqu’en Inde, où l’inflation dans ce secteur a récemment dépassé 10%.
Photo : ©REUTERS/Kevin Coombs, avec l’autorisation de www.alertnet.org


Malgré le découragement qu’entraîne l’insécurité alimentaire chronique, il reste des motifs d’espoir. Des initiatives locales de production et de création d’emploi à long terme permettent aux populations locales de prendre en main la production alimentaire. Ainsi, une part importante des 10 millions de dollars récoltés par la Croix-Rouge du Kenya grâce à sa campagne «les Kenyans pour le Kenya» est consacrée au développement agricole. En Somalie, des projets du CICR ont permis d’améliorer notablement la production de céréales et la santé du bétail; ailleurs, le Mouvement a réussi à transformer en producteurs alimentaires des communautés qui jusque-là dépendaient de l’assistance. Dans la région de Maphungwane, au Swaziland (à droite), la Société nationale cultive des légumes dans le cadre d’un programme de sécurité alimentaire et de génération de revenus. Photo: Yoshi Shimizu/FICR

Un projet de réhabilitation et de lutte contre la sécheresse dans le district de Tana River (Kenya) aide d’anciens bergers à gagner de l’argent grâce à la culture de bananes, de mangues, de papayes, de poivrons, de tomates et de melons dans 33 exploitations agricoles. Toutefois, l’un des obstacles les plus irréductibles à la sécurité alimentaire, dans la Corne de l’Afrique comme dans le reste du monde, demeure le conflit armé, qui est à la fois une cause et une conséquence de l’insécurité alimentaire et qui constitue l’obstacle diplomatique le plus insurmontable sur la voie de solutions à long terme. Photo: Jonathan Kalan/FICR


Haut de page

Nous contacter

Crédits

Webmaster

©2011

Copyright