Page d'accueil
du Magazine

 


Les funérailles de Mohammad al-Khadraa, secouriste volontaire du Croissant-Rouge arabe syrien (CRAS) tué en avril à Douma, alors qu’il se trouvait dans un véhicule clairement marqué de l’emblème du CRAS. Photo : ©Ibrahim Malla/CRAS

La bravoure sous les tirs

À l’heure où le monde entier a le regard rivé sur le conflit armé qui fait rage en Syrie, la réaction humanitaire repose en grande partie sur le Croissant-Rouge arabe syrien. Avec un courage admirable, ses volontaires et son personnel ont été en première ligne, évacuant les blessés, dispensant des premiers secours sur place, acheminant des vivres et des médicaments vitaux aux personnes dans le besoin. Unique organisation humanitaire en mesure d’accéder à la majeure partie du territoire syrien, la Société nationale a été un partenaire crucial pour le CICR, la FICR et d’autres acteurs humanitaires. Elle a, hélas, payé un lourd tribut : depuis le début des combats, cinq secouristes volontaires et collaborateurs (dont un secrétaire général) et deux membres du conseil ont perdu la vie. Ces photographies rendent hommage à une Société nationale qui lutte pour accomplir sa mission dans le chaudron bouillonnant qu’est aujourd’hui la Syrie.

 


Les médecins du CRAS acheminent des médicaments, des vivres et d’autres biens essentiels dans la ville de Bloudan en février.
Photo : ©Ibrahim Malla/CRAS

 

 

 

 

 

 

 

 


Le personnel médical du CRAS et des habitants aident une femme sur les lieux d’une explosion à Damas au mois de mai. Photo : ©REUTERS/Khaled al-Hariri, avec l’autorisation de www.alertnet.org

 

 

 


Des volontaires distribuent des vivres et d’autres fournitures dans la ville assiégée de Homs.
Photo : ©Ibrahim Malla/CRAS

Haut de page

Nous contacter

Crédits

Webmaster

©2012

Copyright