Page d'accueil
du Magazine

 
 

Le Mouvement à nouveau endeuillé

Le Croissant-Rouge arabe syrien (CRAS) a perdu en juillet un cinquième agent médical, tué alors qu’il apportait les premiers secours et une aide médicale aux personnes touchées par les combats.

Khaled Khaffaji, membre du CRAS, a été abattu à Deir Ezzor, dans l’est de la Syrie, le 9 juillet, à bord d’une ambulance clairement marquée de l’emblème de la Société nationale. «Nous sommes consternés. La mort de Khaled est absolument inacceptable», a déclaré Abdoul Rahman al-Attar, président du CRAS.

Moins de trois semaines plus tôt, le 22 juin, Bachar al-Youssef, volontaire de premiers secours du CRAS à Deir Ezzor, avait été abattu alors qu’il portait secours à des personnes prises dans les combats.

Ce décès s’est produit alors que le CICR venait d’apprendre, deux jours plus tôt, la mort d’un employé au Yémen, Hussein Saleh, pendant une frappe aérienne de l’armée dans le gouvernorat d’Abyan, au sud du Yémen. Avec trois autres employés, Hussein Saleh évaluait la situation humanitaire dans cette zone durement touchée par les combats. «Nous sommes atterrés par la perte tragique de notre ami et collègue Hussein», a déclaré Éric Marclay, chef des opérations du CICR au Yémen, ajoutant que Hussein jouait «un rôle essentiel» au sein d’une équipe qui aidait des centaines de milliers de personnes.

Pendant ce temps, les témoignages émouvants continuaient d’affluer à la Croix- Rouge britannique et au CICR après l’assassinat, au mois d’avril, de Khalil Dale, employé de longue date de la Croix-Rouge britannique, responsable d’un programme de santé du CICR à Quetta (Pakistan), où il avait été enlevé en janvier.

 


De l’eau salubre pour tous

Un projet d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement de la Croix-Rouge du Népal a touché près de 3,7 millions de personnes dans des communautés rurales du pays au cours des trente dernières années, affirme un rapport publié le 22 mars, à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, par la Croix- Rouge du Népal. Cela représente près de 15 % des résultats obtenus par le Népal en matière d’eau et d’assainissement. La publication de ce rapport était l’un des nombreux événements organisés en mars par les acteurs du Mouvement partout dans le monde afin d’appeler l’attention sur les problèmes relatifs à l’eau et sur les activités réalisées pour apporter de l’eau potable sûre aux communautés dans le besoin.

 

 


Aider le Brésil à améliorer la sécurité routière

Une conception de la sécurité routière conçue par le Partenariat mondial pour la sécurité routière, un projet parrainé par la FICR, a été adoptée par le gouvernement du Brésil pour être appliquée dans les capitales de ses 26 États. Cette méthode, dite Stratégie de partenariat actif, a déjà permis de réduire le nombre de morts et de blessés par accident de la route dans le pays. «Cette décision vient conforter le travail déjà réalisé par les villes qui ont appliqué la Stratégie depuis des années», déclare José Cardita, le responsable du Partenariat au Brésil.

Matière à réflexion

Échos «Sa vie était empreinte d’amour, pas de haine; de bonté, pas de cruauté. Nous nous souviendrons de notre Khalil, de notre Ken, comme d’un homme qui nous a apporté de la joie, à nous et à tant d’autres.» Déclaration de la famille de Khalil Dale, agent humanitaire de longue date de la Croix-Rouge britannique et du CICR, après son assassinat à Quetta (Pakistan).


Le CICR appelle à épargner les civils en RDC

En République démocratique du Congo (RDC), la violence se poursuit dans les deux provinces du Kivu et s’étend à des zones plus reculées et difficiles d’accès, entraînant l’augmentation du nombre de victimes civiles. «La majorité des victimes sont des civils, dont de très jeunes enfants, des personnes âgées et des femmes», explique Laetitia Courtois, chef de la sous-délégation du CICR à Bukavu (Sud-Kivu). «Les combats ont forcé les habitants de villages entiers à se déplacer, aggravant une situation humanitaire déjà précaire.»


«Les catastrophes se passent de visa»

Problèmes de visa et de permis de travail pour le personnel international de secours; coordination des organisations de secours; droits de douane et bureaucratie excessive... Ce sont quelques-uns des obstacles cités par les organismes d’assistance pendant leurs opérations dans la Corne de l’Afrique l’année dernière, à l’occasion d’un atelier organisé par la FICR, le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires et la Croix-Rouge du Kenya, afin de créer un meilleur système de lois et d’accords dans les pays touchés par la sécheresse en cours, car, comme l’a rappelé l’un des participants, «les catastrophes se passent de visa pour passer les frontières».

 

 


Recrudescence des combats au
Soudan du Sud

Depuis le début de l’année, le CICR a redoublé d’efforts pour répondre aux besoins humanitaires croissants au Soudan du Sud. Début avril, ces besoins se sont encore accrus lorsque des combats ont éclaté le long de la frontière avec le Soudan. «De nombreuses personnes ont dû fuir en hâte en raison de la violence, souvent contraintes de tout laisser derrière elles pour trouver un refuge tout relatif dans des camps de fortune», déclare Melker Mabeck, chef de la délégation du CICR au Soudan du Sud.



Photo : ©Reuters/Thomas Mukoy avec l’autorisation de www.alertnet.org

Rapport du CICR : violations en hausse
en Colombie

Les violations du droit humanitaire, y compris les déplacements forcés, les menaces de violence, les viols et les dommages aux biens civils, ont augmenté l’année dernière en Colombie, affirme un rapport publié en avril par le CICR. Dans de nombreux cas, l’intensification des combats aggrave les difficulté que doivent surmonter les communautés isolées pour avoir accès à des services essentiels dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’eau et des transports.

 

Indice humanitaire

25 : Nombre de journalistes tués, victimes de violence en 2012 au 14 juin, selon le Comité pour la protection des journalistes (CPJ)(1)

919 : Nombre de journalistes tués depuis 1992 selon le CPJ (70 % ont été assassinés, 18 % victimes d’échanges de tirs durant les combats, et 12 % tués pendant des missions dangereuses).

1335 : Nombre d’hectares de cultures (bananes, mangues, poivrons, pastèques et asimines) cultivés dans 47 fermes dans le cadre du projet de lutte contre la sécheresse de la Croix-Rouge du Kenya le long du fleuve Tana.

100 000 : Nombre de personnes que la Croix-Rouge du Kenya souhaite rendre autonomes sur le plan alimentaire d’ici à 2015.

3,4 millions : Nombre de Kenyans considérés comme exposés à la malnutrition en raison de la situation actuelle de sécheresse dans la Corne de l’Afrique.

2,3 millions : Nombre de personnes soutenues par des volontaires utilisant la méthode «Premiers secours et santé à base communautaire» (PSSBC) de la FICR en 2011.

(1) Ces chiffres varient selon les groupes de défense des journalistes, qui n’utilisent pas tous les mêmes critères pour catégoriser les décès.



Haut de page

Nous contacter

Crédits

Webmaster

©2012

Copyright