Page d'accueil
du Magazin

 

Prêts à frapper

«Contrairement aux balles, qui cessent de fuser lorsqu’un accord de paix est signé, les mines et les restes explosifs de guerre gisent dans le sol, prêts à frapper aveuglément.» C’est par ces mots que Mark Jenkins, auteur et photographe, présente une exposition de photographies (prises en Bosnie-Herzégovine, en Irak, au Laos, au Mozambique et au Nicaragua) qui décrivent le tribut humain prélevé par ces armes pernicieuses. La plupart de leurs victimes sont des civils, et près de la moitié des enfants qui jouaient, gardaient le bétail ou ramassaient du bois de feu, précise-t-il. Depuis l’adoption de la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel, en 1997, et de la Convention sur les armes à sous-munitions, en 2008, le nombre de victimes a fortement décru dans le monde entier. Cependant, bien des sites doivent encore être déminés et, chaque année, de nombreuses personnes sont toujours tuées ou gravement blessées. Voici quelques-unes de ces images aussi tragiques que parlantes, qui illustrent l’angoisse et la résilience des survivants ainsi que l’engagement de tous ceux qui œuvrent pour réduire les souffrances causées par les restes explosifs de guerre. Voyez l’ensemble des images à l’adresse www.icrc.org.

Bonafacio Mazia (57 ans) a perdu sa jambe gauche dans l’explosion d’une mine antipersonnel en 1987, pendant la guerre civile qui a déchiré le Mozambique de 1977 à 1992. Grâce au sens de l’équilibre extraordinaire qu’il a développé depuis son accident, il continue à cultiver la terre. Tous les jours, il parcourt à cloche-pied en 45 minutes le chemin menant à son lopin de terre, tandis que son épouse transporte sa bêche.
Photo : ©Brent Stirton/Getty Images

Sajad Faleh avait 4 ans en janvier 2006 lorsque, en compagnie de ses trois frères, il trouva une munition à dispersion avec laquelle ils se mirent à jouer. L’explosion causa la mort de ses deux frères aînés, lacéra le ventre de son frère cadet et provoqua l’amputation de ses deux jambes. Sur cette image, Sajad attend un examen d’évaluation au Centre de rééducation physique du CICR à Najaf (Irak). Photo : ©Marco Di Lauro/Getty Images

Juan Ramon Lopez (55 ans) travaillait comme démineur indépendant dans une plantation de café proche de la frontière entre le Nicaragua et le Honduras en 1998 lorsqu’une mine antipersonnel le priva d’une de ses jambes. L’année suivante, alors qu’il déminait une autre zone, sa deuxième jambe dut être amputée après l’explosion d’une autre mine. Il travaille maintenant comme chercheur d’or, dressé dans la vase sur ses moignons, filtrant l’eau boueuse de ses mains, tandis que ses prothèses et ses cannes en métal gisent dans les feuilles mortes. Photo : ©Sebastian Liste/Getty Images

Juan Ramon Lopez (55 ans) travaillait comme démineur indépendant dans une plantation de café proche de la frontière entre le Nicaragua et le Honduras en 1998 lorsqu’une mine antipersonnel le priva d’une de ses jambes. L’année suivante, alors qu’il déminait une autre zone, sa deuxième jambe dut être amputée après l’explosion d’une autre mine. Il travaille maintenant comme chercheur d’or, dressé dans la vase sur ses moignons, filtrant l’eau boueuse de ses mains, tandis que ses prothèses et ses cannes en métal gisent dans les feuilles mortes. Photo : ©Sebastian Liste/Getty Images

Bosnie-Herzégovine, novembre 2013 : Mirza Smajlovic (12 ans), Denis Merdzanovic (12 ans), Alen Konakovic (14 ans) et Jasmin Sidran (12 ans) (de gauche à droite) jouent avec leur ami Mirza Merdzanovic (10 ans), un cousin de Denis, et découvrent dans un cours d’eau un sac contenant des armes. Mirza assemble alors une grenade à fusil et la lance contre un mur. Il perd la vie dans l’explosion, qui blesse ses quatre compagnons.
Photo : ©Veronique de Viguerie/Getty Images

Mek (9 ans) tient le portrait de Somak Toe (12 ans), l’un de trois garçons tués par une munition non explosée qu’ils ramenaient chez eux à bicyclette. Plus de 270 millions de bombes à sous-munitions ont été dispersées au Laos pendant la guerre entre le Viet Nam et les États-Unis, entre 1963 et 1972.
Photo : ©Paula Bronstein/Getty Images

Haut de page

Nous contacter

Crédits

Webmaster

©2014

Copyright

S