Page d'accueil
du Magazin

 

En bref...

 

 

Le conflit aggrave le manque d’eau au Proche et Moyen-Orient

Avant même que n’éclatent les conflits en Irak et en Syrie, la population du Proche et du Moyen-Orient souffrait de graves carences en eau; la violence croissante de ces dernières années, conjuguée à des précipitations anormalement faibles, rend de plus en plus problématique l’accès à une quantité suffisante d’eau de qualité acceptable, affirme un rapport récent du CICR. Une grande partie des systèmes vieillissants d’alimentation en eau, d’assainissement et d’électricité avaient déjà du mal à répondre à la demande de la population croissante de la région avant que n’éclatent ces conflits. Aujourd’hui, avec plus de 7,5 millions de personnes déplacées à l’intérieur de la Syrie et quelque 3,7 millions de Syriens cherchant refuge dans les pays voisins, les systèmes d’alimentation en eau déjà fragiles dans les communautés qui accueillent les déplacés sont poussés à bout et la qualité de l’eau continue à se dégrader.



 

Appels à l’action sur la migration

Les secrétaires généraux de 21 Sociétés européennes de la Croix-Rouge, associés au secrétaire général de la FICR Elhadj As Sy, ont appelé à des politiques d’accueil plus ouvertes à l’égard des migrants après une nouvelle série de catastrophes en mer qui ont fait des milliers de morts en Méditerranée. «Nous devons reconnaître que le drame des migrants représente une urgence humanitaire», affirment les secrétaires généraux dans un texte publié au mois de mai, rejetant l’argument selon lequel faciliter le périple des migrants pourrait être un facteur d’appel encourageant la migration : «En tant que membres de la Croix-Rouge, nous appelons instamment nos gouvernements à s’élever au-dessus de ce genre de déclaration, à reconnaître que la migration est un fait, et à assumer leurs obligations au regard du droit international.»

 



 

Fuir «pour échapper à la mort» en Irak

Dans le centre de l’Irak, les combats dans la ville de Ramadi ont forcé des milliers de personnes à fuir leur domicile pour chercher refuge dans des zones plus sûres du pays, en particulier à Amiriyat Al-Fallujah et Al-Khalidiya, dans la province d’Anbar. Le Croissant-Rouge de l’Irak a signalé que plus de 2000 familles étaient déplacées, ce qui aggrave une situation humanitaire déjà fragile. «À Ramadi, la situation est mauvaise», explique Abou Ahmed, forcé de fuir par les violences récentes. «De nombreux habitants ont perdu la vie dans des échanges de tirs.» Le Croissant-Rouge de l’Irak a envoyé des convois d’assistance, mais les affrontements récents ont grevé un peu plus encore les ressources de la Société nationale, laquelle apportait déjà une aide d’urgence à plus de 2500 familles qui avaient fui, un mois plus tôt, vers les villes de Habbaniyah, Fallouja et Husaybah.
Photo: : ©Croissant-Rouge de l’Irak


 

Les «vieilles méthodes» ont du bon

Un projet pilote associant les prévisions météorologiques les plus modernes aux connaissances traditionnelles est en cours à Tuvalu, archipel du Pacifique, afin d’aider la population à faire face aux changements climatiques et aux catastrophes. Il s’agit d’améliorer la résilience des habitants en fournissant aux communautés, dans les langues locales et sous une forme accessible et acceptée, des informations sur le temps et le climat ainsi que des alertes avancées. Selon Olioliga Iosua, secrétaire générale de la Société de la Croix-Rouge de Tuvalu, ces informations, associées aux connaissances traditionnelles, aideront les membres de la communauté de Teone à mieux affronter les catastrophes. «Il faut remettre au goût du jour des procédés anciens, comme la manière de sécher, de saler ou d’enterrer la nourriture pour la conserver, parfois pendant des années. Le plan de la Croix-Rouge en tient compte. Les jeunes ont l’habitude d’acheter leur nourriture, mais les anciens n’ont pas oublié les vieilles méthodes.»

 

 


Des paroles aux actes

Lors de la XXXIIe Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge au mois de décembre, les membres «de base» auront-ils voix au chapitre ? Une initiative lancée en août à l’échelle du Mouvement, intitulée «Des paroles aux actes», répond à la question au moyen d’un forum interactif en ligne destiné à garantir que les débats globaux du mois de décembre reflètent bien les besoins locaux. Il s’agit d’inciter les employés et les volontaires des Sociétés nationales à participer à un dialogue sur les trois thèmes de la Conférence : prévenir et combattre la violence; la sécurité et l’accès; réduire les risques et renforcer la résilience. Faites-vous entendre : www.voicestoaction.org

 

 



 

Les combats dans le nord du Nigéria aggravent les souffrances

Dans la ville de Maiduguri, au nord-est du Nigéria, épicentre des affrontements entre le groupe Boko Haram et l’armée nigériane, l’ampleur des besoins humanitaires et les terribles blessures physiques et mentales que la violence inflige à la population défient l’imagination. «Des communautés entières ont fui leurs villages et endurent des souffrances inouïes», a déclaré Peter Maurer, le président du CICR, lors d’une récente visite sur place. On estime à 1,5 million le nombre de personnes déplacées, en majorité à l’intérieur du pays. Le CICR a distribué des secours alimentaires d’urgence et des articles de ménage essentiels à près de 260 000 personnes dans le nord-est du Nigéria et à 65 000 personnes au Niger voisin. Il a en outre lancé un appel pour recueillir 60 millions de dollars supplémentaires, tandis que la FICR lançait un appel d’urgence d’un montant de 2,8 millions de dollars pour fournir à 150 000 personnes des moyens de subsistance et un appui psychologique et social ainsi que des soins de santé, des articles de ménage et de l’eau potable.

 


 

La Croix-Rouge du Népal perd trois agents dans le séisme

Tout en poursuivant son action au service des milliers de personnes touchées par les séismes d’avril et de mai, la Croix-Rouge du Népal rend hommage à trois de ses membres, décédés dans l’accomplissement de leur tâche le 25 avril. Sanumaiya Kapali (53 ans), Lal Maya Gurung (43 ans) et Sirman Dangol (20 ans) sont morts pendant une opération de collecte de sang sur la place Durbar, dans le centre historique de Katmandou. Sept personnes ont perdu la vie en même temps que les employés de la Croix-Rouge dans l’effondrement du bâtiment.

 

Indice humanitaire

54 : nombre de Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui combattent le problème des violences sexistes et sexuelles liées aux conflits et aux catastrophes, selon un exercice de cartographie à l’échelle du Mouvement entrepris par la FICR et le CICR.
1750 : nombre estimé de personnes mortes dans la traversée entre la Libye et Lampedusa (Italie) au cours des quatre premiers mois de 2015*.
5000 : nombre de personnes qui seraient mortes en tentant de traverser la Méditerranée pour gagner l’Europe dans les 18 derniers mois*.
50 millions : nombre de personnes contraintes d’émigrer l’année dernière, un chiffre sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale*.
640 497 : nombre de maisons endommagées par les séismes au Népal en avril et en mai, dont plus de 220 000 entièrement détruites, selon le gouvernement népalais.
930 000 : nombre de familles déplacées à cause des séismes au Népal en avril et en mai, selon la Croix-Rouge du Népal.

*Source : Organisation internationale pour les migrations.


 

Haut de page

Nous contacter

Crédits

Webmaster

©2015

Copyright