Page d'accueill du Magazine

Dans les coulisses

Beaucoup l'ignorent peut-être, mais la Commission permanente a joué un rôle de premier plan dans la préparation de la XXVIIe Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, en s'attachant à faire en sorte que celle-ci contribue à améliorer concrètement les conditions d'existence des plus vulnérables.

Son Altesse Royale la princesse Margriet des Pays-Bas, présidente de la Commission permanente et vice-présidente de la Croix-Rouge néerlandaise, explique la mission et les attentes de la Commission.

Pouvez-vous nous expliquer ce qu'est exactement la Commission permanente et en quoi consiste son rôle dans la préparation de la Conférence?
La Commission permanente est en quelque sorte l'autorité de tutelle de la Conférence dans l’intervalle entre les différentes sessions. Responsable de sa préparation, elle a notamment pour devoir de promouvoir la mise en oeuvre de ses résolutions. Aux termes des Statuts, c'est à elle qu'incombe également la préparation du Conseil des Délégués. La Commission se compose de neuf membres, soit deux représentants du CICR et autant de la Fédération, les cinq autres, élus à titre individuel par la Conférence, représentant les Sociétés nationales.

On insiste beaucoup sur le fait que cette session de la Conférence se veut différente des autres. Pouvez-vous nous préciser en quoi réside cette différence?
Lors de la dernière session du Conseil des Délégués, la Commission permanente a été invitée à associer plus étroitement les Sociétés nationales à la préparation des réunions statutaires du Mouvement. Dans ce but, les membres de la Commission ont participé à de nombreuses réunions régionales de la Fédération. Nous avons également mis sur pied un processus de consultation parmi toutes les composantes du Mouvement, en demandant aux participants de la XXVIe Conférence internationale d'en évaluer les résultats et de formuler des recommandations pour la prochaine session. Cet exercice a donné le jour à des idées très originales qui ont été synthétisées dans le Plan d'action, la Déclaration et les "engagements humanitaires" de la XXVIIe Conférence. A la différence des résolutions de caractère plutôt général des précédentes sessions, le Plan d'action est envisagé comme un cadre de référence définissant les grands objectifs et orientations du Mouvement. La Déclaration équivaut à une prise de position solennelle de l'ensemble des participants en faveur des victimes des conflits et autres catastrophes, prise de position que complètent les engagements souscrits à titre individuel par des Sociétés nationales et des gouvernements. De manière générale, cette Conférence se distingue des autres par son ambition à rechercher des solutions à des problèmes très concrets. Une autre innovation réside dans le spectacle d'ouverture. Traditionnellement, le Mouvement a eu pour politique d'agir dans la discrétion. Cette année, avec le 50e anniversaire des Conventions de Genève et les manifestations accompagnant l'Année du Millénaire, nous avons jugé opportun de promouvoir plus largement la mission et l'action du Mouvement. Cela dit, ce n'est pas tant la forme ou la manière qui importe à nos yeux, mais le fond. Notre véritable but, c'est que la Conférence "fasse" la différence!

Comment la Commission permanente assurera-t-elle le suivi d'initiatives telles que le Plan d'action et les "engagements humanitaires"?
Il appartiendra à la nouvelle Commission d’y pourvoir, en mettant à profit les résultats de l'évaluation conduite à l'issue de la XXVIe Conférence internationale. Les Sociétés nationales ont pu constater que leurs commentaires avaient été suivis d'actions concrètes. Même si nous n'avons pas nécessairement appliqué de façon littérale leurs propositions, les choses ont changé et nous espérons que c'est pour le mieux aux yeux des Sociétés nationales. Je suis convaincue que le dialogue entre ces dernières et la Commission va continuer de se renforcer. A l'évidence, les Sociétés nationales prendront une part importante dans toute activité de suivi de la Conférence.

Quels résultats escomptez-vous de la Conférence?
Je voudrais que les gens soient à l'écoute les uns des autres et qu'ils débattent avec franchise des différents problèmes et défis humanitaires. Surtout, j'espère que tous les débats et discussions, qu'ils soient formels ou informels, déboucheront sur une réelle amélioration de notre assistance aux victimes des conflits et autres catastrophes.



Note de la rédaction: La prochaine édition de Croix-Rouge, Croissant-Rougeinclura un résumé des principaux événements et décisions de la XXVIIe Conférence internationale, qui n’avait pas encore eu lieu au moment où nous produisions le présent numéro.





Haut de page | Nous contacter | Crédits | Edition courante |



© 1999 | Copyright |