27ème Conférence
de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

EFFETS DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES SUR L'ACTION EN CASE DE CATASTROPHE

Organisateurs : La Croix-Rouge Néerlandaise, l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et la Fédération internationale

Les participants ont examiné les manifestations météorologiques des changements climatiques ainsi que les effets qu'elles risquent d'avoir sur la physionomie et la nature des catastrophes auxquelles sera exposée la génération à venir. Ils ont ensuite discuté de façon plus détaillée de l'évolution que connaîtront ces tendances en Afrique et en Asie du Sud-Est. Enfin, ils ont débattu de ce qu'impliquent les conclusions de cette analyse pour les organisations humanitaires, et notamment la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge. Président Dr Francs van den Boom, BMA, directeur adjoint de la Croix-Rouge néerlandaise Orateurs Dr Mike Harrison, chef du bureau du projet CLIPS, Organisation météorologique mondiale Dr Peter Walker, directeur du Département des politiques relatives aux catastrophes, Fédération internationale Dr Laban Ogallo, Université de Nairobi M. Johan Schaar, chef de la délégation régionale de Kuala Lumpur, Fédération internationale. Exposés et débat Les données scientifiques sur les changements climatiques présentées par l'OMM démontrent clairement que si les variations climatiques sont un phénomène qui a toujours existé, ces dernières décennies ont connu des changements beaucoup plus importants et plus rapides que les cinq siècles passés. Quel que soit le modèle de changement climatique que l'on utilise, la moyenne mondiale des températures marque une augmentation qui se poursuivra. Il en résultera davantage de sécheresses, une élévation du niveau des mers et des conditions météorologiques plus extrêmes. Il se produira une interaction entre ces phénomènes naturels et d'autres changements, qui touchent ceux-là l'urbanisation, l'économie mondiale et le financement de l'action humanitaire. La Fédération a mis en évidence la façon dont les interactions liées à la pauvreté, en particulier dans les bidonvilles urbains, rendront les phénomènes météorologiques extrêmes encore plus dévastateurs à l'avenir. En ce qui concerne l'Afrique, il est clair que le stress hydrique et les fluctuations de plus en plus extrêmes du climat aggraveront la dégradation des sols et entraîneront une diminution des récoltes. Le recours à l'irrigation n'améliorera pas la situation; au contraire, il ne fera qu'ajouter au stress hydrique du pays concerné. En Asie du Sud-Est, les effets conjugués d'étés plus secs dus aux changements climatiques et de la pratique du brûlis forestier ont été responsables de l'une des plus graves pollutions atmosphériques qu'ait connues la planète. En République populaire démocratique de Corée, la pluviosité extrême du milieu des années 90 a mis en évidence les problèmes de déforestation et engendré une érosion massive des sols, elle-même cause d'insécurité alimentaire. Conclusions Les changements climatiques sont une réalité qui se poursuivra quoi que nous fassions dans l'immédiat. Nous pouvons certes prendre des mesures pour les atténuer, mais il n'est pas en notre pouvoir de les faire cesser. On peut agir à l'échelon local contre de nombreux effets des changements climatiques. Une meilleure protection contre les inondations, la destruction des aires de reproduction des moustiques pour lutter contre le paludisme, l'utilisation plus systématique des systèmes de prévision météorologique sont autant de moyens d'atténuer les conséquences des catastrophes. Les pays qui seront le plus touchés par les changements climatiques et subiront les catastrophes les plus graves sont précisément ceux qui ont le moins de ressources pour agir. Les changements climatiques sont un problème mondial, et la communauté humanitaire internationale doit commencer à gérer le financement et l'exécution de l'intervention en cas de catastrophe dans une optique préventive d'envergure mondiale. Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge peut prendre des mesures importantes pour lutter contre quelques-uns des effets les plus terribles des changements climatiques. Il peut, par exemple: a. agir à l'échelon local pour lutter directement contre les catastrophes et s'y préparer; b. collaborer plus étroitement avec les services gouvernementaux, et notamment les services météorologiques, pour faire évoluer les méthodes de prévision des graves intempéries et la façon dont les prévisions sont utilisées; c. s'employer, sur le plan mondial, à mettre en évidence les effets que les changements climatiques auront sur les catastrophes, et encourager un débat sur les méthodes plus dynamiques qui pourraient être adoptées pour financer l'intervention en cas de catastrophe.

 

 

| haut de page |








© 1999 | Anglais (page d'accueil)
Ateliers
 

Les résumés des ateliers:

Les voix de la guerre

Volontariat 2000

Veuvage et conflit armé

Travailler en parternariat

La prolifération des armes légères

Lutte contre le SIDA dans les pays en développement

 

Faire respecter le droit humanitaire

Le projet SIrUS et les mécanismes de revision de la légalité des armes nouvelles

Utilisation et developpement des normes du projet SPHERE

Enfants affectés par les conflits armés

Effets des changements climatiques sur l'action en case de catastrophe

Actions humanitaires et secteur privé: intérêts communs?

Mise en oeuvre du statut de la cour pénale internationale

Formation en santé et en premiers secours