27ème Conférence
de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

« TRAVAILLER EN PARTENARIAT: APPUI DES GOUVERNEMENTS AU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE»

Organisateurs : Croix-Rouge britannique et gouvernement britannique (DFID)

La proposition à examiner au cours de cet atelier était la suivante: les partenariats stratégiques peuvent être un moyen de rendre plus cohérente et homogène la mise en place de programmes au sein du Mouvement; en outre, ils peuvent apporter une solution dans deux domaines d'importance capitale en permettant, d'une part, d'améliorer le dialogue avec les gouvernements donateurs et, d'autre part, de disposer des ressources nécessaires pour faire face aux situations humanitaires et financer les programmes de longue durée visant à réduire la vulnérabilité. Il s'agissait de stimuler la réflexion et le débat sur plusieurs questions: Pour quelles raisons les donateurs ou le Mouvement constituent-ils des partenariats? Parmi les partenariats existants, quels sont ceux qui fonctionnent le mieux et pourquoi? Comment les accords de partenariat fonctionnent-ils dans la pratique? Qu'apporte concrètement une stratégie de partenariat aux plus vulnérables? L'atelier était présidé par le docteur Mukesh Kapila, chef du Département des conflits et des affaires humanitaires au Département britannique pour le développement international (DFID). Grâce aux exposés de la Croix-Rouge britannique, du Gouvernement britannique, de la Croix-Rouge du Nigéria, de la Fédération internationale et du CICR, les participants ont entendu les points de vue d'un gouvernement donateur et de différentes composantes du Mouvement sur les perpectives offertes par le partenariat et les expériences vécues en la matière. Les principaux modèles étudiés ont été ceux des partenariats DFID/Fédération et DFID/CICR, du projet pilote tripartite et du ICRC Donor Support Group. Les participants ont également examiné le rôle d'auxiliaires des pouvoirs publics assumé par les Sociétés nationales ainsi que les partenariats constitués entre différentes composantes du Mouvement. Les participants ont fait observer qu'il n'existait pas de formule unique, chaque partenariat devant être adapté au contexte particulier dans lequel il opère. Dans l'ensemble, les participants se sont déclarés favorables au partenariat, qu'ils considèrent comme une méthode de travail novatrice dans un monde en pleine évolution. Selon eux, les accords de partenariat pourraient remplacer le soutien de courte durée, ponctuel – et souvent fonction des personnalités – actuellement reçu des donateurs par une relation plus durable, plus cohérente et plus prévisible. Ils ont insisté sur le fait que les partenariats devraient se concentrer sur les résultats et déboucher sur des méthodes de travail plus efficaces. En outre, ils ont considéré que la communication était un aspect essentiel, la formule du partenariat étant plus propice au dialogue et à la transparence que les rapports traditionnels entre donateurs et bénéficiaires. Les partenariats ne devraient pas restreindre les relations entre organisations mais plutôt permettre d'expérimenter des possibilités nouvelles. Cependant, les expériences décrites par les participants ont démontré la nécessité d'évaluer avec réalisme les contributions et les ressources requises pour instaurer et maintenir une forme de relation aussi complexe. Il faut tenir compte des attentes de toutes les parties, celles qui participent directement au processus et celles qui y sont indirectement associées. En ce qui concerne le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, l'indépendance des organisations participantes doit demeurer une condition sine qua non. Tous ceux qui pratiquent la formule du partenariat la considèrent comme un processus en pleine évolution. L'atelier a donc permis de procéder à un utile échange d'information et de données d'expérience. En dernière analyse, la stratégie de partenariat sera jugée satisfaisante dans la mesure où elle permettra de mieux venir en aide aux populations vulnérables.

 

 


 



 

 

 

| haut de page |








© 1999 | Anglais (page d'accueil)
Ateliers
 

Les résumés des ateliers:

Les voix de la guerre

Volontariat 2000

Veuvage et conflit armé

Travailler en parternariat

La prolifération des armes légères

Lutte contre le SIDA dans les pays en développement

 

Faire respecter le droit humanitaire

Le projet SIrUS et les mécanismes de revision de la légalité des armes nouvelles

Utilisation et developpement des normes du projet SPHERE

Enfants affectés par les conflits armés

Effets des changements climatiques sur l'action en case de catastrophe

Actions humanitaires et secteur privé: intérêts communs?

Mise en oeuvre du statut de la cour pénale internationale

Formation en santé et en premiers secours