L'emblème de la Croix-Rouge et
du Croissant Rouge

La question de l'emblème

Un pas décisif pour le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

-- Communiqué de presse de la Commission permanente, émi le 11 mai 2000

Pour les communiqués antérieures

Le 11 mai, la Commission permanente de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a tenu à Nice une session extraordinaire sous la présidence de la princesse Margriet des Pays-Bas. A l'issue de la réunion, la présidente a déclaré que les conditions semblaient pratiquement remplies pour que l'organisation israélienne du Magen David Adom et la Société de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge du Kazakhstan soient admises comme membres à part entière du Mouvement d'ici la fin de l'an 2000.

Dans cette perspective, la Commission permanente a décidé de convoquer la 28e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge pour le 14 novembre prochain. Les lettres d'invitation sont déjà en cours d'expédition. Cette réunion, qui aura lieu à Genève, est indispensable pour amender les statuts du Mouvement de manière à ce que le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge puissent reconnaître et admettre les deux nouvelles Sociétés nationales.

La décision de la Commission permanente fait suite à de longues et complexes négociations auxquelles ont été associés de nombreux gouvernements, Sociétés nationales et consultants. Le processus avait été engagé par la Commission elle-même en 1995. Au terme de la réunion de Nice, la princesse Margriet a félicité les membres du Groupe de travail sur les emblèmes et sa présidente Christina Magnuson pour avoir réussi à dégager un consensus sur cette délicate question. Elle a également remercié le CICR et la Fédération internationale pour leur contribution active à cet effort.

A compter de maintenant, le processus comptera deux étapes. Dans un premier temps, il s'agira de réunir une conférence diplomatique dans le cadre de laquelle les représentants des gouvernements seront invités à adopter un nouveau Protocole additionnel aux Conventions de Genève établissant un nouvel emblème protecteur en complément de la croix et du croissant rouges. Ledit emblème devrait être conçu de manière à permettre aux Sociétés nationales - y compris le Magen David Adom israélien et la Société de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge du Kazakhstan - d'y adjoindre leurs propres signes distinctifs. La seconde étape consistera à amender en conséquence les statuts du Mouvement, lesquels conditionnent pour le moment la reconnaissance des Sociétés nationales à l'utilisation de l'un ou l'autre des deux emblèmes existants. Soulignons que le nouvel emblème n'a pas vocation à remplacer ceux actuellement employés par les 176 Sociétés nationales officiellement reconnues.

La présidente de la Commission permanente a noté que cette décision constituait un pas décisif vers la solution d'un problème qui entrave depuis trop longtemps l'adhésion pleine et entière de certaines organisations au Mouvement, tout en ouvrant des perspectives positives pour l'avenir. De fait, l'adoption d'un nouvel emblème pourra également faciliter le travail d'autres Sociétés nationales, notamment lorsqu'elles s'efforcent de fournir assistance et protection dans des territoires où leur propre emblème est mal perçu.

Pour en savoir plus sur la question de l'emblème
Pour les communiqués antérieures
Retour à la page d'accueil